Publicité

La reprise plafonne

©HollandseHoogte

L'OCDE maintient sa prévision de croissance pour la Belgique à 1,7% pour 2018 et 2019. Par ailleurs, la croissance belge reste largement inférieure à celle de la zone euro.

La croissance économique en Belgique devrait se poursuivre au rythme de 1,7% en 2018 et 2019, d'après les nouvelles projections de l'OCDE. Soit au même rythme qu'en 2017. Ces chiffres, qui n'ont pas changé par rapport à ceux avancés en décembre 2017, montrent que la reprise est en train de plafonner. La semaine dernière, les banques CBC et KBC avaient réduit leur prévision de croissance pour cette année de 1,9% à 1,6% seulement.

A cela s'ajoute que la croissance belge continuera de naviguer en dessous de la croissance moyenne de la zone euro, pour laquelle l'OCDE annonce 2,2% cette année et 2,1% l'an prochain. Or on vient de 2,5% en 2017. Là aussi, on peut affirmer que le sommet du cycle conjoncturel est désormais derrière nous.

La croissance belge en 2018 sera essentiellement soutenue par la demande intérieure grâce, notamment, à une nouvelle décrue du chômage, annonce l'organisation multilatérale basée à Paris. La croissance sera également soutenue par la vigueur de l'investissement public et privé.

L'inflation cédera également du terrain cette année, à la faveur notamment de la baisse des prix de l'électricité. L'OCDE table sur une inflation à 1,8% tant en 2018 et 2019 après 2,2% en l'an dernier.

Autre bonne nouvelle, le déficit budgétaire a été ramené à 1% du PIB en 2017 et restera faible au cours des deux prochaines années: 1,3% en 2018 et 1,4% en 2019, à politique inchangée bien entendu. L'OCDE recommande de poursuivre dans cette voie sans pour autant relâcher l'effort de relance des investissements publics. "Il faudrait que ces investissements soient plus que contrebalancés par des coupes dans les dépenses publiques inefficientes, par le prélèvement de redevances d'utilisation ou par des apports provenant de sources de financement privées", indique l'OCDE.

Une autre recommandation a trait au manque de concurrence dans certains secteurs: "La productivité et la compétitivité-coûts extérieure auraient tout à gagner d'un renforcement de la concurrence dans les professions fournissant des services à des industries exportatrices."

Enfin, l'OCDE estime que "la croissance serait plus inclusive si l'on améliorait la situation des immigrés, des travailleurs peu qualifiés et des seniors sur le marché du travail".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés