Publicité

Le budget mobilité sous-exploité, car méconnu

Le budget mobilité est davantage utilisé à Bruxelles, car les alternatives à la voiture y sont plus nombreuses.

Seuls 4% des travailleurs utilisent le budget mobilité comme rémunération salariale, selon Securex. Le dispositif est sous-exploité si l’on en croit l’intérêt qu’il suscite.

Seuls 4% des travailleurs utilisent le budget mobilité comme rémunération salariale. Or près de la moitié de ceux qui disposent d’une voiture de société (1 travailleur sur 5 roule en voiture de société) se disent intéressés par le budget mobilité. Ce qui montre que le dispositif n’est pas exploité de façon optimale. C’est ce qui ressort d’une enquête de Securex, fournisseur de services RH, à partir d’un échantillon de 1.500 travailleurs.

"L’attrait du budget mobilité dépend de l’offre de mobilité alternative."
Guillaume Bosmans
Securex

Le budget mobilité a été instauré en 2019 sous le gouvernement Michel. Il consiste à allouer à l’employé, sur la base d’un accord avec l'employeur, la somme qui serait normalement allouée à sa voiture de société pour lui permettre de bénéficier d’avantages liés à la mobilité. Il peut s’agir d’une indemnisation kilométrique, d’une indemnisation pour le déplacement domicile-lieu de travail, d’un abonnement aux transports en commun ou encore d’un vélo de société.

Plus de succès à Bruxelles

Le système n’a cependant jamais rencontré le succès escompté: seuls 4% des travailleurs ont un budget mobilité. Guillaume Bosmans, associé chez Securex, avance plusieurs explications: "le dispositif n’est accessible qu’aux personnes qui ont déjà une voiture de société. D'autre part, les entreprises ne proposent pas toujours cette possibilité. Enfin, l’attrait du système dépend de l’offre de mobilité alternative."

25%
25% des travailleurs qui ont une voiture de société sont prêts à l'échanger contre un budget mobilité.

C’est ce qui explique pourquoi le budget mobilité connait plus de succès à Bruxelles que dans le reste du pays (8% contre 3%). Les embouteillages y sont plus importants et les solutions alternatives plus nombreuses.

Il y a pourtant là une piste à creuser. D’après Securex, 25% des travailleurs qui ont une voiture de société sont prêts à l'échanger contre un budget mobilité, qu’ils jugent plus intéressant vu la gamme d’avantages proposés. À cela s’ajoutent encore 22% de travailleurs qui seraient prêts à faire le pas moyennant certaines conditions.

"Même si une moitié se montre toujours réticente au budget mobilité, l’écart entre les travailleurs qui en bénéficient actuellement et ceux qui souhaitent en bénéficier est énorme", déplore Guillaume Bosmans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés