Le directeur de la BNB Mathias Dewatripont jette l'éponge

©IMAGEGLOBE

Mathias Dewatripont ne souhaite pas voir son mandat de directeur de la BNB renouvelé. Il évoque des raisons personnelles.

L’un des économistes belges les plus reconnus sur la scène internationale, ancien d’Harvard et du MIT, Mathias Dewatripont (57 ans), va quitter la Banque nationale.

Directeur à la BNB, Mathias Dewatripont siège au comité de direction avec une étiquette PS et selon nos informations, il ne sollicitera pas de renouvellement de son mandat de directeur. Celui-ci arrive à échéance en mars prochain. Interrogé, Dewatripont se contente de confirmer son départ et l’explique par "des raisons personnelles". "Il n’y a absolument rien de politique là-dedans", assure-t-il.

Mathias Dewatripont, un temps vice-gouverneur de la Banque, était pressenti pour devenir gouverneur, mais l’an dernier, il avait été rétrogradé de vice-gouverneur à directeur par l’actuelle majorité fédérale – ce qui avait suscité pas mal de remous notamment dans les rangs de l’opposition socialiste. C’est un autre directeur, Pierre Wunsch, étiqueté MR, qui avait été promu vice-gouverneur.

À côté de Dewatripont, qui est en charge de la stabilité financière des banques, trois autres directeurs sont en fin de mandat: Pierre Wunsch (MR), Jean Hilgers (cdH) et Marcia De Wachter (CD&V). Pierre Wunsch obtiendra un nouveau mandat, Jean Hilgers probablement aussi. Mais une question se pose: le départ de Mathias Dewatripont offre l’opportunité de réduire le comité de direction de 8 à 6 directeurs. Cette réduction du nombre de postes se ferait aisément en "sacrifiant" celui de Marcia De Wachter.

Rappel, la Banque nationale de Belgique est une exception sur la scène bancaire européenne: quasiment toutes les autres fonctionnent très bien avec un comité de direction de 6 voire 4 directeurs. Avec 8 directeurs, on se rapproche de l’armée mexicaine. Réduire le nombre de directeurs permettrait en outre d’économiser des salaires qui oscillent entre 330 et 380.000 euros/an. Mais les quatre partis de la coalition fédérale oseront-ils mettre en pratique ce qu’ils prônent à longueur de journée: moins de dépenses publiques…?

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés