Publicité

Le FMI appelle la Belgique à assainir sa situation budgétaire

Le gouvernement De Croo va devoir s'attaquer au défi budgétaire sans trop tarder, estime le FMI. ©BELGA

Le Fonds monétaire international estime que l'ajustement budgétaire prévu par le gouvernement ne permet pas de stabiliser la dette. Il faudra faire davantage.

Une fois l’économie remise sur les rails, la Belgique va devoir s’attaquer sans tarder à l’assainissement des finances publiques et à la réforme fiscale. C'est le message délivré mardi par le Fonds monétaire international (FMI) lors de sa visite annuelle dans notre pays.

Chaque année, en effet, l’organisation multilatérale basée à Washington prend le pouls de l’économie belge et adresse un certain nombre de recommandations aux autorités. Cette surveillance est prévue à l’article IV des statuts du FMI. Les recommandations, formulées à titre provisoire, seront coulées dans un rapport définitif qui sortira d'ici à quelques mois. La délégation du FMI était emmenée cette fois-ci par l’Américain Mark Horton.

5%
La croissance de l'économie belge devrait atteindre 5% cette année, d'après le FMI.

Le FMI félicite la Belgique pour la campagne de vaccination rapide qui a permis une reprise économique plus rapide qu’initialement prévu. La croissance devrait atteindre 5% en 2021 et 3,5% en 2022, soutenue par la consommation privée, les investissements et l’amélioration de l’environnement international. Ces prévisions rejoignent celles de la Banque nationale, qui table sur 5,5% de croissance cette année et 3,3% l'an prochain.

Les mesures générales de soutien devraient pouvoir être progressivement supprimées à partir du mois d’octobre 2021, suggère le FMI, moyennant la poursuite de mesures de soutien ciblées. "Les politiques devraient être axées sur la réponse aux défis budgétaires et structurels, nombre d’entre eux ayant été aggravés par la pandémie", indique le Fonds.

Assainissement budgétaire

En ce qui concerne le budget, le plan d’ajustement du gouvernement fédéral prévoit un effort d’assainissement annuel fixe de 0,2% du PIB à partir de 2021 et un effort variable jusqu’à 0,4% à partir de 2022, en fonction de la croissance du PIB. C’est bien, dit le FMI, mais "l’ajustement prévu ne stabilise pas la dette, qui, en 2026, sera toujours supérieure de 20 points de pourcentage du PIB aux niveaux antérieurs au covid".

"L’ajustement prévu ne stabilise pas la dette."
Le FMI

"Un ajustement plus ambitieux maintenant la dette sur une trajectoire baissière serait souhaitable", poursuit le FMI. Cet effort "devrait être réparti entre le gouvernement fédéral et les gouvernements régionaux moyennant des objectifs clairs et contraignants". L’objectif est de reconstituer des réserves en vue de chocs futurs.

Réforme fiscale

L’autre défi structurel pour la Belgique, c’est la grande réforme fiscale annoncée par le gouvernement Vivaldi avec pour objectif principal de réduire les prélèvements sur le travail. Le FMI préconise d’abaisser les taux d’imposition effectifs sur les revenus du travail, en compensant ces baisses par un élargissement de l’assiette fiscale, notamment en comprimant et, idéalement, en supprimant le traitement préférentiel des avantages en nature liés au travail. Les voitures de société sont notamment visées.

Une autre piste consiste à élargir les tranches d’imposition à l’impôt des personnes physiques afin de retrouver une certaine progressivité de l’impôt et donc une meilleure participation des bas revenus au marché du travail.

"La réforme fiscale devrait viser à rétablir la neutralité de l’imposition à l’égard des différentes formes d’investissement, de revenu ou d’épargne."
Le FMI

La réforme fiscale devrait également viser à rétablir la neutralité de l’imposition à l’égard des différentes formes d’investissement, de revenu ou d’épargne.

Les taxes immobilières devraient quant à elles être modernisées et actualisées. On pense ici notamment à l’indexation du précompte immobilier. Autant de sujets – on l’aura compris – politiquement délicats.

Dans l'immédiat, le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) se félicite du contenu de ce rapport. "L'enjeu est désormais de capitaliser sur la reprise pour accélérer les réformes."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés