Le gouvernement devra composer avec le parlement

C’est une rentrée parlementaire un peu particulière qui se tiendra ce mardi. Le gouvernement d’Yves Leterme dispose en effet toujours d’une majorité sur les bancs de la Chambre, mais il lui manque la légitimité nécessaire puisqu’il s’agit d’une assemblée nouvellement élue depuis le 13 juin.

C’est une rentrée parlementaire un peu particulière qui se tiendra ce mardi. Le gouvernement d’Yves Leterme dispose en effet toujours d’une majorité sur les bancs de la Chambre, mais il lui manque la légitimité nécessaire puisqu’il s’agit d’une assemblée nouvellement élue depuis le 13 juin. D’où l’idée de constituer des majorités ad hoc pour traiter les dossiers les plus urgents du point de vue socio-économique. Ceux-ci sont au nombre de trois au moins.

Pour le budget 2011, même si on s’achemine vers la formule des "douzièmes provisoires", certaines mesures conservatoires devront être prises. Ainsi, la loi qui prévoit de prélever 235 millions d’euros auprès de GDF-Suez n’a toujours pas été votée. Sans oublier qu’il faudra économiser 22 milliards d’euros d’ici 2015. Plus on tarde à s’attaquer au chantier, plus il sera difficile de le mener à bien. De même, la réforme de la surveillance financière (loi "Twin Peaks"), qui prévoit que la Banque nationale reprenne les missions de contrôle de la CBFA, doit être concrétisée pour le 31 décembre au plus tard. Enfin, l’appui du gouvernement sera nécessaire pour la négociation du prochain accord interprofessionnel.

Le MR et la N-VA courtisés

Pour mener à bien ces dossiers, le gouvernement devra solliciter, au cas par cas, la bonne volonté des libéraux et de la N-VA. On imagine mal en effet le MR, promis aux bancs de l’opposition, appuyer des projets qu’il sera par la suite amené à devoir critiquer. Et le soutien promis par la N-VA au gouvernement Leterme ne sera sans doute pas automatique.

Pour laséance de rentrée de la Chambre, ce mardi, un point retiendra plus particulièrement l'attention des observateurs: le dépôt d'une nouvelle proposition de loi scindant Bruxelles-Hal-Vilvorde.
Le MR est tout à fait prêt à enclencher les procédures qui garantiront le respect des droits des francophones, a assuré le chef de groupe des Réformateurs à la Chambre, Daniel Bacquelaine, interrogé sur Bel RTL.
Invité à répondre par oui ou par non à la question de savoir si BHV pouvait être scindé sans élargissement de Bruxelles, le chef de groupe a répondu par la négative.

Bacquelaine a aussi demandé que la Chambre se mette au travail et que les Commissions se réunissent pour aborder les problèmes socio-économiques malgré l'absence de gouvernement de plein exercice et de majorité. Il espère obtenir le soutien d'autres partis sur certaines propositions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés