Le marché de l'emploi au menu du Congrès des économistes

©BELGAIMAGE

La question du chômage ne sera pas abordée. Quatre commissions se pencheront sur quatre thèmes distincts.

Comment penser l’emploi des seniors? Pourquoi les immigrés non-européens ont-ils tant de mal à décrocher un boulot? Va-t-on vers un démondialisation de l’économie? Ce sont autant de questions qui seront abordées lors de la 23e édition du Congrès des économistes, qui se tiendra à Charleroi le 21 novembre. Organisé tous les deux ans depuis 1974 par l’Université ouverte de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Congrès des économistes rassemble experts universitaires, représentants du monde l’entreprise et du monde politique, médias et citoyens autour d’un enjeu d’actualité.

Si cette fois-ci, c’est le marché du travail qui sera au centre des débats, à ceci près qu’il ne sera – pour une fois – pas question de chômage. "Le taux de chômage retombe progressivement à un niveau que l’on n’avait plus connu depuis la fin des années soixante. Peut-être sommes-nous en train de changer d’ère", suggère le professeur Vincent Vandenberghe (UCLouvain), qui présidera le congrès.

Outre les sessions plénières d’ouverture et de clôture, quatre commissions se pencheront sur les thèmes suivants.

  • Vieillissement. L’âge de la retraite et l’aménagement des fins de carrière ne sont pas les seuls variables qui conditionnent le financement des retraites. "Il y a aussi les périodes assimilées et l’âge de l’entrée sur le marché du travail", rappelle Vincent Vandenberghe.
  • Digitalisation. Les robots sont-ils des tueurs d’emplois? Pour Nicolas van Zeebroeck (ULB), l’enjeu serait "plus celui des transformations et des glissements de l’emploi que celui de sa contraction".
  • Migration. La Belgique enregistre un faible score en matière d’emploi des immigrés non-européens. Ce qui pose la question de la discrimination, un phénomène qui heureusement semble décroître avec l’ancienneté.
  • Démondialisation. À l’ère du Brexit et de Trump, on assiste à un retour du protectionnisme. Les tensions entre le monde rural et les villes qui ont vu la montée des gilets jaunes illustrent cette remise en question des acquis de la mondialisation. Si les barrières tarifaires peuvent temporairement aider certaines entreprises, elles en pénalisent d’autres qui importent des biens intermédiaires. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect