Le marché des offres d'emploi se reprenait un peu... avant le lockdown

Quelques secteurs continuent de recruter plus que l'an dernier, mais ils se comptent sur les doigts de la main. ©Photo News

La Belgique remonte de 2 places au classement européen des offres d'emploi, alors qu'il y a 2 mois elle frôlait la lanterne rouge. Mais on reste loin des stats 2019.

Les offres d'emploi se sont reprises quelque peu en Belgique juste avant l'entrée en vigueur des mesures de reconfinement. A fin octobre, l'offre de jobs était inférieure de 31% à ce qu'elle était un an plus tôt, contre -42% à fin août, selon les données compilées par le site d'emplois Indeed. "Une légère amélioration observée ces derniers mois, même si l'offre en Belgique est encore largement inférieure à celle de l'an dernier", note Arjan Vissers, le responsable stratégie d'Indeed Belgique. On remonte la pente, résume-t-il. On reste toutefois curieux de découvrir l'évolution de la stat sur le mois de novembre, puisqu'à l'exception du secteur horeca qui avait fermé plus tôt, les entreprises et les commerces n'ont vraiment découvert l'impact des mesures que ces trois dernières semaines.

-31%
évolution du nombre d'offres d'emploi
A fin octobre, le marché belge des offres d'emploi était en recul de 31% sur un an, contre -42% à fin août, selon Indeed.

Vu par la lorgnette des services publics de l'emploi (SPE), le tableau est quelque peu différent. Il diverge aussi d'une Région à l'autre. Côté wallon, le Forem a vu les offres d'emploi remonter continuellement entre leur plus bas de mai (-44%) et leur plus haut de septembre (-5%), avant de redescendre sèchement en octobre (-18%). A Bruxelles (Actiris), elles sont bien remontées en septembre et octobre. Elles sont même passées en territoire positif le mois dernier, avec une progression de 8,8% sur un an... Mais celle-ci s'explique par un facteur exceptionnel, l'engagement massif par un SPF de 300 personnes, et par un apport important d'offres en provenance du secteur de l'intérim. "Cette hausse s'est aussi marquée pour l'essentiel sur les deux premières semaines", précise le porte-parole Sean Vanonckelen. En Flandre, le VDAB a enregistré de meilleurs résultats encore, comme si le nord du pays se reprenait plus vigoureusement.

Mais quand on combine les chiffres des trois SPE et de leurs partenaires, le bilan à fin octobre montre une baisse des offres d'emploi de 8%. Bref, on avance sur des oeufs: la petite reprise du début de l'automne risque bien de se voir balayée quand on aura comptabilisé l'effet du reconfinement.

"Les offres d 'emploi dans le secteur de la santé et de l'action sociale ont bondi de 27% en octobre et de 7% depuis le début de l'année en Wallonie."
Thierry Ney
Porte-parole du Forem

Beauté, horeca et transport trinquent

En attendant, Indeed a identifié les secteurs où les offres d'emploi ont le plus fléchi. Le secteur de la beauté et du bien-être paraît le plus touché, avec une chute de 58% sur un an, devant l'hôtellerie et le tourisme, la restauration, le transport et la logistique, puis la construction. C'est logique, ce sont les secteurs les plus impactés par le "lockdown", avec l'événementiel.

A l'autre extrémité du spectre, Indeed pointe les prestataires de soins médicaux, les dentistes et les spécialistes en technologie médicale parmi les plus... sains. Les offres les concernant ont évolué comme suit, respectivement: -3,3%, +8% et +8,2%. Ceci recoupe en partie l'analyse du Forem: "les offres dans le secteur de la santé et de l'action sociale ont bondi de 27% en octobre et de 7% depuis le début de l'année en Wallonie", relève son porte-parole Thierry Ney. A noter aussi: la progression de 4,3% des annonces de jobs dans la production et la distribution d'électricité, de gaz et d'eau. Quant aux employeurs les plus prolifiques, ce sont bpost, Colruyt et Lidl, dans cet ordre, indique encore Indeed: soit deux secteurs qui se portent bien aussi, les colis et la grande distribution.

Si l'on prend du recul et qu'on regarde l'horizon à l'échelle européenne, la Belgique a par ailleurs refait un peu de son retard sur les pays voisins. Notre pays n'est plus que le 4e plus mauvais selon l'évolution des postes vacants, observe Indeed, alors qu'il était le 2e plus mauvais il y a deux mois devant le Royaume-Uni. Cette fois, il laisse aussi l'Espagne (-49%) et l'Autriche (-34%) derrière lui, en plus des Anglais (-44%). C'est toujours ça...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés