Le PS veut améliorer le congé parental corona

Si la crèche ferme, les parents ne pourront pas s'adresser à des tiers.

Selon une proposition discutée ce mercredi à la Chambre, il ne faudrait plus l'autorisation de l'employeur et le congé pourrait être pris à temps plein.

Avec la multiplication des fermetures d’écoles et de crèches, le groupe PS à la Chambre souhaite prolonger et renforcer le congé parental corona.

Entré en vigueur le 1er mai, le congé parental corona s’éteindra en principe le 30 septembre après avoir été prolongé durant l’été. Aucun accord n’a en effet pu être trouvé entre les partenaires sociaux pour le prolonger une nouvelle fois. De son côté, la ministre fédérale de l’Emploi, Nathalie Muylle (CD&V) a déclaré être dans l’impossibilité de mettre en place un congé spécifique pour les parents concernés par une fermeture de classe.

"Or le temps presse. Si ces enfants se retrouvent en quarantaine, les parents ne peuvent pas les faire garder par des tiers. Ils devront eux-mêmes assurer la garde de leurs enfants", explique la députée PS Ludivine Dedonder, dont la proposition sera discutée ce mercredi en commission des Affaires sociales de la Chambre.

"Il arrive que des employés n’osent pas demander un congé corona parce que c’est mal vu."
Ludivine Dedonder
Députée PS à la Chambre

Le texte prévoit la suppression de la nécessité de l’accord de l’employeur. "Généralement, les choses se passent bien, mais il arrive aussi que des employés n’osent pas demander un congé corona parce que c’est mal vu par l’employeur", observe Ludivine Dedonder. Précisons que le coût de ce congé est pris en charge par l’ONEm.

A temps plein

Le groupe PS souhaite en outre donner la possibilité de prendre ce congé à temps plein. Actuellement, ce congé ne peut être pris qu’à mi-temps, ce qui ne permet pas d’apporter une solution aux familles monoparentales sans possibilité de garde.

70
%
Le PS suggère de porter l'indemnité à 70% de la rémunération perdue.

La députée PS suggère par ailleurs de porter l'indemnité à 70% de la rémunération perdue, comme pour le chômage temporaire. "Cela permet d’éviter des différences de traitement. En effet, le travailleur mis en chômage temporaire bénéficie d’une allocation supérieure au travailleur en congé corona." Actuellement, le congé parental corona (à mi-temps) est indemnisé à hauteur de 440,96 euros par mois.

Enfin, Ludivine Dedonder plaide pour une prolongation du dispositif jusqu’au 31 décembre 2020, compte tenu des nombreuses fermetures de classes ou d’écoles à prévoir. "Si nécessaire, on pourrait même prolonger au-delà", suggère-t-elle.

La ministre Muylle a toujours affirmé jusqu’ici préférer la formule du chômage temporaire assorti d’un certificat de quarantaine si le médecin estime que c’est nécessaire. Elle a aussi rappelé un certain nombre de solutions alternatives : crédit-temps, télétravail, gardes pour enfants malades, congé sans solde.

A ce jour, quelque 160.000 demandes de congé parental corona ont été introduites, selon la ministre de l’Emploi.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés