Les ASBL créent un nouvel emploi sur deux

©Emy Elleboog

Les ASBL ont le vent en poupe: de plus en plus nombreuses, elles emploient beaucoup de monde et sont financièrement solides. Elles œuvrent surtout dans l’aide aux personnes.

Les ASBL sont des acteurs économiques importants. C’est ce que montre une étude réalisée par Graydon, société basée à Anvers et spécialisée dans la collecte de données économiques et financières. Cet état des lieux tombe à point nommé puisque depuis novembre 2018, les ASBL sont considérées comme des entreprises à part entière. Et depuis le 1er mai 2018, elles peuvent également bénéficier de la procédure de réorganisation judiciaire (LCE).

→ Le nombre d’ASBL a fort augmenté. Au 1er janvier 2018, on dénombrait en Belgique 150.247 ASBL disposant de la personnalité juridique. En dix ans de temps, leur nombre a augmenté de 13,88% ou de 18.312 unités. Dans certains secteurs, la progression est encore plus importante. C’est le cas pour les ASBL actives dans le secteur récréatif (+ 57%) et dans l’enseignement (+ 58%).

→ Forte présence dans l’aide aux personnes. Dans quels secteurs d’activités retrouve-t-on surtout les ASBL? Précisons d’abord que 72.000 des 150.000 ASBL – soit environ la moitié d’entre elles – sont des structures dormantes, qui n’ont pratiquement plus aucune activité. Pour les autres ASBL, l’aide aux personnes constitue une activité de prédilection. Maisons de repos, hôpitaux, centres de revalidation, crèches, organisations d’aide à la jeunesse sont souvent pris en charge par des ASBL. C’est ce que montre également le classement des ASBL qui emploient le plus grand nombre de personnes (voir infographie). "Ce constat est à mettre en rapport avec le vieillissement de la population", note Eric Van den Broele, directeur du service d’études de Graydon.

"Ce n’est pas parce qu’elles sont sans but lucratif que les ASBL ne peuvent pas réaliser des bénéfices."
eric van den broele
directeur du service d’études de Graydon

→ Les ASBL emploient beaucoup de monde. À partir des bilans sociaux, on voit que les ASBL employaient en 2016 306.138 équivalents temps plein. Ce qui représente 13,8% de l’emploi total dans le secteur privé. Ces dix dernières années, le nombre d’équivalents temps plein au sein des ASBL a augmenté de 38% ou de 85.471 unités. Sur la même période, l’emploi n’a progressé que de 5,68% dans les autres sociétés. Si on devait inclure les ASBL qui ne sont pas tenues de déposer un bilan social, on serait au-delà de 400.000 équivalents temps plein, selon Graydon.

→ Les ASBL sont riches. Ensemble, les ASBL disposent d’un matelas financier de 19,6 milliards d’euros de trésorerie. "Ce n’est pas parce qu’elles sont sans but lucratif que les ASBL ne peuvent pas réaliser de bénéfices, précise Eric Van den Broele. Contrairement aux sociétés, les ASBL ne distribuent pas les bénéfices éventuels à leurs membres mais consacrent ceux-ci à l’objet social." Cette situation permet aux ASBL d’afficher un ratio de liquidité de 2,4 contre 1,3 seulement pour les autres sociétés.

Elles sont aussi moins endettées, affichant un ratio d’endettement de 53% par rapport au total bilantaire contre 84% pour les autres sociétés. Rien d’étonnant dès lors à ce que seules 1,48% des ASBL sont considérées comme fragiles financièrement contre 10% pour l’ensemble des entreprises. Pour Eric Van den Broele, cette solide position financière peut se justifier. "Beaucoup d’ASBL dépendent du versement de subsides. Or ceux-ci ne sont en rien un droit acquis."

Par contre, il estime que les ASBL ne gèrent pas toujours au mieux leur trésorerie. "Les réserves sont souvent conservées dans des bas de laine, alors qu’il y aurait moyen d’opérer des placements plus efficaces, dans l’immobilier par exemple. Le nouveau cadre légal pour les ASBL devrait contribuer à faire évoluer les mentalités."

©MEDIAFIN


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect