Publicité
Publicité

Les entreprises préfèrent se séparer des malades de longue durée plutôt que les aider

Le nombre de trajets de réintégration a été divisé par quatre, suite à une réforme de la procédure. La preuve, selon Pierre-Yves Dermagne, qu'elle servait de "machine à licencier".