Les forains crient leur colère: le politique leur vient en aide

©BELGA

Environ 420 camions ont circulé vendredi à compter de 09h45 dans Bruxelles pour manifester contre les fermetures de foires et kermesses en raison de restrictions sanitaires qu'ils jugent discriminantes.

Les forains, venus de toute la Belgique, ont joué du klaxon sur le trajet. Deux bâches portant des messages appelant à sauver la culture de la foire belge ont été accrochées au-dessus des tunnels pour le public, et rue de la Loi pour les ministres. Un corbillard était en tête du cortège. "Si on reste sur ces positions, la foire va mourir", commente Jim Bodet, un jeune forain de la foire du Midi qui organise la mobilisation.

©Photo News

Ils étaient environ 420 camions, selon le comptage définitif effectué par la police de Bruxelles-Ixelles, à circuler vendredi dans Bruxelles pour manifester contre les fermetures de foires et kermesses en raison de restrictions sanitaires qu'ils jugent discriminantes. Plusieurs dizaines de plus petits véhicules étaient également présents, pour un total proche de 500, selon Jim Bodet.

Des mesures prises pour leur venir en aide

1/2 million
d'euros
C'est le montant que la Ville de Bruxelles allouera aux forains pour compenser les frais de montage de la Foire du Midi.

L'organisateur de la manifestation apprécie le demi-million d'euros débloqué par la Ville de Bruxelles pour compenser les frais de montage de la foire du Midi. Plus largement, il se réjouit des ouvertures au niveau fédéral. "On a été reçus tôt ce matin chez le ministre des Indépendants Denis Ducarme et des portes sont ouvertes pour faire reconnaître les difficultés du secteur forain", explique Jim Bodet. "Les syndicats vont faire des groupes de travail."

Les forains mobilisés se disent cependant discriminés par les restrictions sanitaires. "On se situe entre un parc d'attractions, qui peut ouvrir avec un millier de personnes et un protocole sanitaire moins strict que le nôtre, et un marché, qui peut lui aussi ouvrir avec beaucoup de gens", dénonce Philippe Lainez, autre forain de la foire du Midi. Il explique que c'est ce sentiment d'injustice qui a amené les forains de la base, dans tout le pays, à vouloir se mobiliser. Des jeunes forains de la foire du Midi ont en conséquence pris en charge l'organisation de la manifestation à Bruxelles.

Comme d'autres représentants des travailleurs du secteur, Anthony Mastrovalerio, président wallon de l'Union des Industriels Forains belges, exprime son soutien aux manifestants. "Une fois que la foire du Midi a été annulée, il y a eu des annulations en cascade en Wallonie. On a été ballotés de la catégorie des événements à celle des maraîchers, mais avec une limitation à 200 personnes comme pour les événements. Finalement, on annule même des petites foires et kermesses qui pourraient vivre avec 200 personnes", déplore-t-il. Il plaide pour l'instauration d'une catégorie spécifique aux forains.

Un groupe de travail se penchera sur les problématiques des forains

Le ministre Ducarme a par ailleurs annoncé la mise en place, dès la semaine prochaine, d'un groupe de travail technique portant sur les problématiques spécifiques rencontrées par le secteur des forains depuis le début de la crise. M. Ducarme s'est entretenu vendredi durant 1h30 avec différents représentants des forains, à la demande de la Première ministre Sophie Wilmès (MR).

"A l'exception d'un certain nombre de petites foires, dans les faits, le secteur des forains est à l'arrêt depuis plusieurs mois. Ce secteur représente plusieurs centaines d'entreprises à l'échelle du pays et génère plusieurs milliers d'emplois. Ces indépendants font actuellement face à la crise de plein fouet suite à l'augmentation des contaminations", a commenté le ministre après l'échange, qui a duré 1h30.

Selon le ministre, "malgré les mesures adoptées par le Conseil national de sécurité qui permettent de maintenir les foires de petites dimensions, les forains constatent que les bourgmestres annulent la plupart des évènements prévus, une réalité qui doit parfaitement être reconnue". D'après Denis Ducarme, le groupe de travail technique qui se réunira déjà dans le courant de la semaine prochaine, aura pour but d'écouter les propositions concrètes des forains, dans le but de les intégrer dans la note finale qui sera soumise dans le cadre du plan de relance.

Vers un maintien du droit passerelle?

Concrètement, il reviendra aussi à ce groupe de travail de demander le maintien du droit passerelle, aussi longtemps que le secteur sera dans les faits à l'arrêt; d'aborder les difficultés spécifiques rencontrées par celui-ci avec les banques, notamment dans le cadre de l'obtention des reports de paiement de crédits et de leasings, et de rappeler les modalités pratiques des exonérations, réductions et reports en matière de taxes fédérales, sociales et fiscales.

Au cours de l'échange, le secteur a également émis le souhait de solliciter les autorités à l'échelle wallonne et bruxelloise, l'aide économique relevant des attributions des Régions. Le ministre s'est engagé à appuyer cette demande de rencontre auprès de ses collègues régionaux.

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés