Les multinationales sortent des milliards de Belgique

©Shutterstock

Ces deux dernières années, les multinationales étrangères ont retiré 62 milliards d’euros de leurs centres de financement belges.

La Belgique joue de moins en moins le rôle de havre financier pour les grandes multinationales étrangères. Ces deux dernières années, elles ont retiré 62 milliards d’euros de leurs centres de financement belges. C’est ce que révèlent les derniers rapports annuels des 17 plus grands centres de financement gérés par ces multinationales à partir de notre pays. En outre, le géant allemand de la chimie BASF a annoncé plus tôt cette année qu’il comptait transférer son "treasury center" en Irlande, ce qui devrait faire passer le compteur des sorties de capitaux à plus de 78 milliards d’euros. Sur 17 centres de financement, sept ont déjà mis fin à toutes leurs activités.

Les multinationales rapatrient leurs milliards pour les gérer au niveau de leur siège social ou les transférer dans des véhicules de financement installés dans des pays comme l’Irlande, le Luxembourg ou les Pays-Bas.

Après le départ de BASF, les capitaux gérés en Belgique devraient passer sous le seuil des 100 milliards d’euros, contre plus de 300 milliards d’euros il y a sept ans.

300 milliards €
Il y a 7 ans, les capitaux gérés par les multinationales en Belgique étaient de 300 milliards.

Les grandes multinationales utilisent depuis les années 80 des véhicules financiers installés en Belgique – autrefois connus sous l’appellation centres de coordination – pour gérer leurs financements internationaux, sans pour ainsi dire payer d’impôts grâce à des mesures fiscales avantageuses, la plus récente étant la déductibilité des intérêts notionnels. Au cours de l’accord estival de juillet 2017, le gouvernement Michel a fortement réduit cette déductibilité, la rendant moins intéressante.

Un retrait pas encore massif

En novembre de l’an dernier, le groupe énergétique norvégien Statkraft a mis fin aux activités de son "treasury center" belge, entre autres par le biais de la distribution d’un super dividende de plus de 1,5 milliard d’euros. Son concurrent finlandais Fortum a également décrété un généreux dividende (500 millions d’euros) pour rapatrier une grande partie de ses capitaux gérés en Belgique.

Ikea a retiré plus de 5 milliards d’euros de son centre de financement belge Ikea Service Center (ISC), dont le siège social est situé à Zaventem. Le géant suédois du meuble avait déjà procédé à ce retrait avant l’accord estival et indique que l’ISC n’est plus considéré comme le plus grand centre de financement du groupe.

On ne parle cependant pas encore de retrait massif. Les grands groupes français comme Carrefour, Orange, EDF et Engie restent fidèles à la Belgique, tout comme le géant automobile allemand Volkswagen.

Ces décisions ont un impact marginal sur l’emploi direct, étant donné que ces centres de financement emploient à peine quelques dizaines de collaborateurs. L’impact indirect est plus important vu que la présence d’un centre de financement dans notre pays pousse souvent les sièges sociaux à y installer d’autres activités ou des centres de décision.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content