Les réviseurs d’entreprises contrôlent les trois quarts de l'économie belge

L’IRE a développé un audit sur mesure pour les PME, qui tient compte de leur taille et de leur complexité. © Lieven Van Assche

La plupart des PME ne sont pas soumises à un audit obligatoire, mais beaucoup le demandent néanmoins.

Les réviseurs d'entreprises contrôlent les trois quarts de la valeur ajoutée créée par les entreprises et organisations en Belgique. Le constat émane de l’Institut des réviseurs d’entreprises (IRE). Le quart qui n'est pas audité est constitué de petites entreprises, lesquelles ne sont pas soumises à un audit externe obligatoire.

214 milliards
euros
En 2019, les réviseurs ont contrôlé 214 milliards de valeur ajoutée créée par les entreprises.

En Belgique, il y a environ 27.000 entreprises et organisations qui sont tenues de désigner un auditeur externe pour un mandat de trois ans. En 2019, les réviseurs ont contrôlé un peu moins de 214 milliards d'euros de valeur ajoutée brute créée en Belgique.

Par rapport au total de 291 milliards d'euros de valeur ajoutée réalisée globalement par le secteur privé en 2019, cela signifie que 74% de valeur ajoutée du secteur privé a fait l’objet d’un audit.

Si l'on inclut les institutions publiques non contrôlées (68 milliards d'euros) et les ménages et entrepreneurs individuels (66 milliards d'euros), on aboutit à 425 milliards d'euros de valeur ajoutée.

"Un regard extérieur et objectif"

"Le commissaire examine avec un regard extérieur et objectif les rapports que les administrateurs et la direction de l’entreprise lui soumettent", explique le président de l’IRE Tom Meuleman.

"Le réviseur d'entreprise vérifie ces chiffres et ces hypothèses afin que tous ceux qui le souhaitent puissent s'y fier. Investisseurs, syndicats, employés, mais aussi fournisseurs et clients peuvent agir avec une plus grande confiance envers une entreprise qui est auditée."

Relèvement des seuils d'audit

Au cours des 15 dernières années, à la suite d'une directive de l'UE, la plupart des pays européens – y compris la Belgique – ont augmenté les seuils d’audit, dispensant les petites sociétés de nommer un auditeur. En Belgique, l’audit est obligatoire si deux des trois critères suivants sont remplis: un total de bilan de 4,5 millions d'euros, un chiffre d'affaires de 9 millions d'euros et un nombre d'employés de 50.

"Le relèvement des seuils d’audit en 2016 n’a pas empêché le nombre de mandats de continuer à progresser."
Fernand Maillard
Vice-président de l'Institut des réviseurs d'entreprises

L’IRE a cependant développé un audit sur mesure pour les PME, qui tient compte de leur taille et de leur complexité. "Ce pack d’analyse est adapté au cadre des PME, sans être pour autant moins rigoureux", tempère le vice-président de l’IRE Fernand Maillard.

Même si elles en sont dispensées par les règles européennes, bon nombre de PME et d’associations demandent d’être auditées. "Le relèvement des seuils d’audit en 2016 n’a pas empêché le nombre de mandats de continuer à progresser. Les entreprises apprécient la sécurité et la fiabilité qu’apporte le cachet du commissaire", constate Fernand Maillard. "Nous sommes souvent la mémoire de l’entreprise que nous avons vu évoluer au fil du temps", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés