interview

"On ne touchera pas à l'immobilier!"

©Dries Luyten

Un an après les élections du 25 mai dernier, le président de la N-VA livre une interview exclusive à "L’Echo" pour la presse francophone. Il revient sur le chemin parcouru, place ses balises pour la réforme fiscale à venir. Et étrille le Parti socialiste avec qui il jure de ne plus jamais négocier. Extraits.

"Taxer les riches ? C’est la classe moyenne qui payera."

" Il n’y a pas de solution pour taxer seulement les riches."

" Je ne négocierai plus jamais avec le Parti socialiste."

"On vient de commencer notre voyage."

Retrouvez l'interview complète de Bart De Wever dans notre journal de ce week-end  

©BELGA

"Un tax-shift de plusieurs milliards avec au final un abaissement de la pression fiscale", c'est ainsi que Bart De Wever considère le tax-shift. Son seul tabou: les voitures de société, a-t-il indiqué vendredi dans Het Laatste Nieuws. 

"Le tax-shift ne doit pas être une opération visant à prendre quelque part pour remettre ailleurs."
Bart De Wever
Président de la N-VA

 "Le tax-shift ne doit pas être une opération visant à prendre quelque part pour remettre ailleurs. Voyons ce qui a été mené en Autriche: on y a baissé les impôts de 5 milliards alors qu'à peine pour 3 milliards de nouvelles taxes ont été créées. Je trouve que c'est un bon exemple", explique-t-il. "Je suis ouvert à tout mais il y a peu de marge de manoeuvre dans les départements fédéraux. C'est dans la sécurité sociale que les dépenses continuent d'augmenter", dit-il encore.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés