Open Vld et N-VA visent haut avec le "deal pour l'emploi"

©Frédéric Pauwels / Huma

L’Open Vld et la N-VA mettent sur la table des réformes radicales pour le marché de l’emploi. Ils présentent leurs propositions ce jeudi.

La N-VA et l’Open Vld s’attaquent au "deal pour l’emploi" du Premier ministre Michel et mettent sur la table des propositions de réforme radicales. C’est ce qui ressort de la liste que les deux partis présenteront ce jeudi au cours d’une discussion entre les différents cabinets, et qu’un vent favorable nous a fait parvenir.

Avec le deal pour l’emploi – un accord entre le gouvernement fédéral et les Régions que Michel souhaite clôturer avant l’été – le Premier ministre souhaite trouver une solution à l’inadéquation entre l’offre et la demande sur notre marché de l’emploi. Même si notre pays compte relativement moins de personnes au travail que nos voisins, des milliers d’offres d’emploi ne trouvent pas acquéreur.

Service communautaire obligatoire

La N-VA et l’Open Vld présenteront une liste de propositions dont l’objectif est d’améliorer l’accompagnement des demandeurs d’emploi et de maintenir plus longtemps au travail les employés de plus de 55 ans.

→ L’Open Vld cite notamment la possibilité d’introduire un service communautaire obligatoire pour les chômeurs de longue durée, projet qui faisait partie de l’accord de gouvernement mais qui n’a jamais été mis en place.

→ La N-VA souhaite que les salaires dépendent davantage des compétences et moins de l’âge des travailleurs afin d’augmenter les chances des quinquas – souvent considérés comme "trop chers" à cause des barèmes basés sur l’âge – de conserver leur travail ou de retrouver un emploi.

→ Pour éviter que des entreprises comme Carrefour autorisent leur personnel à prendre leur préretraite à partir de 56 ans, comme elle l’a annoncé ce mardi, l’Open Vld et la N-VA veulent mettre fin à ce système.

→ La N-VA souhaite aussi supprimer le système de congés précédant le départ à la pension. Ce dispositif permet notamment aux policiers, pompiers et membres de la protection civile de partir plus tôt à la retraite.

La question sera de savoir quelle position le ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V) adoptera dans cette discussion. Au sein du gouvernement, les partis se sont mis d’accord pour que les mesures d’activation soient focalisées sur l’enseignement, la formation, les métiers en pénurie et les groupes difficiles à "activer".

Pour les démocrates chrétiens, cela signifie qu’il n’est pas envisageable par exemple de resserrer davantage les conditions de départ à la prépension.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content