Patrimoine | Les ménages belges toujours parmi les plus riches

Pour la BNB, la taxe sur les comptes-titres a pu jouer un rôle.

Le Belge a une brique dans le ventre mais aussi un patrimoine financier confortable. La valeur du patrimoine global net des ménages belges, constitué de leurs actifs immobiliers (en Belgique uniquement) et de leurs avoirs financiers nets, était estimée à 2.591 milliards d’euros à la fin du mois de septembre 2018. Il s’agit d’une augmentation de 66 milliards par rapport à la fin 2017. C’est l’immobilier qui a une nouvelle fois influencé le patrimoine, en particulier la hausse de la valeur des terrains. Ces derniers ont triplé de valeur depuis 2000!

Les analyses économiques de la Banque nationale

Pour ce qui est du patrimoine financier, un endettement croissant et des moins-values boursières ont pesé sur la tendance. Les engagements financiers des particuliers, constitués pour l’essentiel de crédits hypothécaires, ont grimpé de 8,3 milliards pour atteindre 288 milliards en septembre 2018. Dans le même temps, la valeur des actifs financiers n’a progressé que de 4,2 milliards à 1.346 milliards. En conséquence, le patrimoine financier net des ménages belges s’est quelque peu réduit relativement au PIB, revenant de 241,9% à la fin 2017 à 236,5% en septembre 2018. Mais, la BNB le note, "les ménages belges font toujours partie des plus nantis de la zone euro".

Un endettement croissant et des moins-values ont pesé sur le patrimoine financier.

Les moins-values de 5,5 milliards ont touché essentiellement les portefeuilles d’actions et de fonds d’investissement. Les comptes à vue et d’épargne ont pour leur part cartonné, récoltant respectivement 6,5 milliards et 5,8 milliards. Les épargnants ont opté pour la sécurité d’autant que les rendements restent positifs en termes nominaux (malgré la politique de taux zéro voire négatifs de la BCE).

Le rapport de la BNB souligne que la taxe sur les comptes-titres a pu jouer un rôle, certains particuliers décidant de déplacer une partie de leurs avoirs vers des instruments liquides, de façon à ne pas dépasser le seuil des 500.000 euros au-delà duquel la taxe est due.

Lire également

Publicité
Publicité