Plus de 100 décès par jour dus au Covid-19 la semaine dernière

Les admissions à l'hôpital sont toujours en hausse. ©Photo News

La Belgique a recensé en moyenne 102 décès quotidiens dus au Covid-19 entre le 22 et 28 octobre, selon Sciensano.

La Belgique a recensé en moyenne 102 décès quotidiens dus au coronavirus entre le 22 et le 28 octobre inclus, ressort-il dimanche matin du bilan provisoire de l'Institut de santé publique Sciensano. Au moins 11.625 personnes ont succombé au Sars-CoV-2 depuis le début de la pandémie.

Dans la même période, une moyenne de 15.967 nouveaux cas (+24%) ont été recensés par jour. Au total, 429.229 infections ont été dénombrées depuis le début de l'épidémie.

L'incidence, qui rend compte du nombre de nouveaux cas par tranche de 100.000 habitants, s'établit à 1.753,8 (+142%).

Les admissions à l'hôpital atteignent une moyenne quotidienne de 648 entre le 25 et le 31 octobre, soit une hausse de 49%. Actuellement, 6.497 personnes sont hospitalisées pour cause de Covid-19 (+1%), dont 1.160 en soins intensifs (+5%). Le taux de positivité des tests, à savoir la proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées, atteint désormais 28,5% à l'échelle nationale.

Plus que 106 places en soins intensifs

Il restait dimanche matin 106 places en soins intensifs en Belgique sur les quelque 2.000 disponibles, a affirmé le docteur Philippe Devos, président de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym), sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi). Selon le chef des soins intensifs du Groupe santé CHC de Liège, il y a 50% de possibilités que ces 106 places soient toutes occupées dans dix jours, alors que les transferts de patients Covid entre hôpitaux belges et vers l'Allemagne se poursuivaient et s'intensifiaient ce week-end.

Philippe Devos a confirmé que le personnel soignant, "épuisé et découragé", était aussi en colère: "toute une série d'actions et de messages auraient pu être anticipés depuis mars mais cela n'a pas été fait", a-t-il déploré. Il reconnaît toutefois que la forte recrudescence de la pandémie dans les autres pays montre aussi que cela ne sert pas de blâmer qui que ce soit.

"Je n'ai pas envie que ce soit au médecin de faire ce choix, je préférerais que ce soit le gouvernement."
Philippe Devos
Président de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym)

Le but est d'éviter d'en arriver à faire des choix entre patients à sauver, mais quoi qu'il en soit, "on est en train d'écrire des procédures", a expliqué M. Devos. "Les comités de bioéthique (des hôpitaux) mènent une réflexion et nous avons interpellé, vendredi, le Comité de bioéthique (l'instance consultative officielle du SPF Santé publique, NDLR) pour voir s'il y a moyen d'édicter une règle nationale, au cas où on en arriverait à cette fatalité". "Je n'ai pas envie que ce soit au médecin de faire ce choix, je préférerais que ce soit le gouvernement", a ajouté le président de l'Absym.

La phase 2B enclenchée dès ce lundi

Toutefois, tous les hôpitaux généraux et universitaires doivent passer dès ce lundi à la phase 2B du plan d'urgence hospitalier, rappelle le cabinet du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, ce qui signifie que 60% des 2.000 lits de soins intensifs doivent être réservés pour des patients Covid-19, soit 1.200 lits.

Tout savoir sur le coronavirus

Pour tout savoir sur l'évolution de la situation sanitaire et ses conséquences économiques et sociales; lire les dernières news, les décryptages et opinions, rendez-vous dans notre dossier "Coronavirus".

En plus de cela, ces hôpitaux doivent ouvrir un nombre supplémentaire de lits de soins intensifs: 40% des 2.000 existants, soit 800 lits de soins intensifs en plus. Ce peut être réalisé, par exemple, en transformant une salle de réveil en salle pour patients intubés. "Cela signifie donc que dès lundi, il est demandé aux hôpitaux d'avoir une capacité non plus de 2.000 mais de 2.800 lits de soins intensifs", Covid ou pas, selon le cabinet du ministre, qui ne nie pas que des opérations sont reportées pour éviter d'occuper des lits de soins intensifs.

En phase 2B, quelque 7.200 lits banalisés (c'est-à-dire ordinaires) doivent aussi être réservés pour des patients Covid-19. Si un hôpital ne passe pas à cette phase 2B, ou partiellement seulement, par exemple, en raison d'un manque de personnel, il doit en informer l'autorité compétente et l'inspecteur fédéral de la santé.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés