Plus de travailleurs détachés en Belgique qu'aux Pays-Bas

©© Joerg Brueggemann / Ostkreuz

Les Pays-Bas utilisent près de deux fois moins de travailleurs détachés que la Belgique. Par contre, leur répartition est plus équilibrée entre les secteurs. Dans le dossier Zalando, l’argument du problème concurrentiel salarial ou venant des travailleurs détachés ne tient pas vraiment.

La question des travailleurs détachés a déboulé sans prévenir dans le débat sur l’échec des projets d’investissements de Zalando en Belgique. Le ministre wallon de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet, a notamment pointé la concurrence déloyale induite par les Pays-Bas.

Zalando La Wallonie veut "enquêter"

Le Pays-Bas ont-ils été déloyaux vis-à-vis de la Wallonie dans le dossier Zalando? Depuis mardi, de nombreux acteurs comme le responsable de la FGTB et le ministre de l’Economie Pierre-Yves Jeholet (MR) soupçonnent les Pays-Bas de fausser le jeu de la concurrence en acceptant l’arrivée de nombreux travailleurs détachés des pays de l’est afin de permettre à des entreprises comme Zalando de diminuer le coût de la main-d’œuvre. Face à ce qui pourrait être "une offre déloyale", le gouvernement wallon a décidé ce jeudi de mener son enquête. "Nous allons demander à nos services de mener une analyse afin de voir si il n’y a pas eu une offre déloyale des Pays-Bas en matière de main-d’œuvre détachée", explique le ministre-président Willy Borsus.

 

Pour rappel, le mécanisme du détachement permet à un employeur d’envoyer temporairement un travailleur exécuter une mission dans un autre État membre. Le travailleur est payé au salaire en vigueur dans le pays d’accueil, mais ses cotisations sociales sont calculées au taux du pays d’origine.

À la lecture des données de la Commission européenne (qui datent de 2015, il faut le préciser), la Belgique a en réalité bien davantage recours à la main-d’œuvre provenant de pays tiers que les Pays-Bas… Notre pays se situe en 3e position du classement européen (avec 156.556 travailleurs détachés), les Pays-Bas 5e (89.411 travailleurs détachés).

En termes d’évolution, les Pays-Bas affichent un recul du nombre de travailleurs détachés (-2,3%) alors qu’en Belgique, sur la même période, le nombre de travailleurs détachés a littéralement explosé (+72,9%).

Par contre, au niveau des secteurs, on constate que c’est dans la construction que l’on compte le plus de détachés en Belgique (50%), alors que la répartition est plus équilibrée entre secteurs aux Pays-Bas.

©Mediafin

Intérim détaché

À la FGTB, on fait remarquer que les Pays-Bas ont plus facilement recours à l’intérim pour les détachés, créant une concurrence déloyale plus forte. L’agence d’intérim engage des travailleurs détachés afin de les envoyer chez le client. "Or, aux Pays-Bas, la loi n’impose pas un système d’agrégation des agences d’intérim comme en Belgique, ce qui rend l’appel aux intérimaires détachés plus rapide et plus aisé", dit la FGTB.

Enfin, quand on regarde l’origine des travailleurs détachés aux Pays-Bas, on constate une grande proportion de travailleurs allemands (30%), alors qu’ils ne sont que 10% en Belgique. La proportion de Polonais détachés de part et d’autre de la frontière est par contre identique.

1.562 euros
salaire
Le salaire minimum brut aux Pays-Bas est de 1.551,6 euros, contre 1.562 euros en Belgique.

Et qu’en est-il des salaires? Auraient-ils été la source d’un déficit concurrentiel de la Belgique? Pas vraiment. Le travailleur détaché est en effet payé au salaire en vigueur dans le pays d’accueil. Or, le salaire minimum brut aux Pays-Bas est de 1.551,6 euros, contre 1.562 euros en Belgique. Quasi identique donc.

À noter aussi que la Belgique affiche un déficit salarial de… 7,5% comparé aux Pays-Bas depuis 1996. Les prévisions de hausse du coût salarial aux Pays-Bas sont plus élevées pour les deux ans à venir que chez nous (+ 1,8% et 2% aux Pays-Bas en 2017 et 2018, contre 1,3 et 1,9% chez nous).

©Shutterstock

Pour le ministre de l’Emploi, Kris Peeters, l’échec (pas encore confirmé, précise-il) du dossier Zalando ne viendrait pas des salaires en Belgique, ni du détachement des travailleurs, mais bien des règles en matière de travail de nuit, plus souples aux Pays-Bas. Elles ont pourtant été ajustées chez nous, début 2018, pour l’e-commerce justement. Mais elles ne sont pas généralisées, les entreprises doivent les négocier elles-mêmes avec leur personnel. Ce que les Allemands n’auraient pas l’habitude de faire… Aucune rencontre n’est néanmoins prévue actuellement par Kris Peeters pour tenter de vendre le système belge à Zalando.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés