Près de 3.000 faillites en Belgique au premier trimestre

©Photo News

Pour la première fois, selon les derniers chiffres de Graydon, le nombre de faillites est plus élevé en Région bruxelloise qu’en Wallonie.

Au total, le nombre de faillites a augmenté de 5,3% en Belgique au premier trimestre de 2018 par rapport à la même période en 2017. Durant les trois premiers mois de l’année, 2.946 entreprises ont été déclarées en faillite chez nous. Parmi les trois Régions du pays, Bruxelles a connu la plus mauvaise période.

"Au cours du dernier trimestre, la Région bruxelloise a connu la plus mauvaise période de son histoire avec 860 faillites. Soit une augmentation de 63,8% par rapport à l'année dernière", explique Eric Van den Broele, directeur de la recherche et du développement chez Graydon. "Nous comptabilisons pour la première fois plus de demandes de faillite, pour le premier trimestre de l’année, en Région bruxelloise qu’en Région wallonne." L’étude de Graydon montre également que l’augmentation du nombre de faillites dans la capitale concerne pratiquement tous les secteurs.

Selon Graydon, l'augmentation du nombre de faillites à Bruxelles n'est pas liée à l'introduction du piétonnier ni aux travaux dans de nombreux tunnels de la capitale ou encore aux attentats du 22 mars 2016. Elle serait plutôt liée à la modification d'une politique des tribunaux de commerce. En effet, "il y a eu très peu de de faillites en 2015 et 2016", alors qu'en 2017 et 2018, le nombre de faillites a fortement augmenté à Bruxelles, ce qui consiste en une "opération de rattrapage", explique Graydon.

Les résultats en Région bruxelloise contrastent fortement avec les deux autres Régions du pays. En Flandre, la baisse du nombre de faillites se poursuit, avec une diminution de 11% au premier trimestre (1.345 déclarations de faillite). "La Flandre atteint son niveau le plus bas depuis 2008", explique Eric Van den Broele.

Le nombre de faillites baisse également en Wallonie, de -2,4%, avec 728 déclarations sur les trois premiers mois de 2018.

La plus grosse perte d'emplois depuis la Sabena

Au total, 5.197 emplois sont impactés par ces faillites en Belgique, cela représente une augmentation de 3,7% par rapport à la même période en 2017. A Bruxelles, 1.572 emplois sont concernés, soit 62% de plus qu’au premier trimestre de 2017.

"Pour Bruxelles, il s'agit du plus grand nombre d'emplois perdus sur un premier trimestre depuis la faillite de la Sabena. En revanche, en Flandre et en Wallonie, nous avons enregistré le chiffre le plus bas depuis 2008", détaille Eric Van den Broele.

"La Flandre atteint son niveau le plus bas depuis 2008."
Eric Van den Broele
directeur de la recherche et du développement chez Graydon

Sur le premier trimestre de 2018, le secteur de la construction a enregistré 536 déclarations de faillites (+10,3%). Il s’agit du secteur le plus impacté par les déclarations de faillites. En revanche, le secteur de l’horeca voit le nombre de faillites baisser au cours des trois premiers mois de l’année, avec 522 déclarations (-6%). Il s’agit du plus petit nombre de faillites dans ce secteur sur les cinq dernières années.

Le secteur des transports enregistre, lui, le plus dur premier trimestre de son histoire avec 140 faillites (+28,4%). "C'est la même chose dans le secteur automobile où le l’on dénombre 105 déclarations de faillites (+28%)", explique Eric Van den Broele.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés