Ralentissement de la hausse des prix de l'énergie

Les prix de l'énergie continuent à peser de tout leur poids sur l'inflation globale en Belgique. Au premier trimestre, ils comptaient encore pour 43% de la hausse des prix à la consommation. La tendance irait dans le bon sens, avec un ralentissement observé au fil des trimestres dans la hausse des prix des carburants, de l'électricité et du gaz. Mais il faudra prendre son mal en patience.

L'inflation a ralenti à 3,2% en moyenne en Belgique au premier trimestre (en glissement annuel), contre 3,4% il y a un an. C'est à un tassement de la hausse des prix énergétiques que l'on doit ce ralentissement, peut-on lire dans le rapport trimestriel de l'Observatoire des prix, publié jeudi. Une bonne nouvelle à relativiser toutefois, le bout du tunnel n'est pas en vue...

"Durant le premier trimestre 2012, le consommateur a payé en moyenne 12,2% de plus pour les produits énergétiques par rapport à l'année dernière", nous apprend le document de l'Observatoire des prix. Il s'agit de la plus forte hausse de prix enregistrée en Belgique au premier trimestre. L'inflation des produits alimentaires transformés se situe en effet à 3,5%, celle des services à 2,5%, celle des biens industriels non-énergétiques à 1% et celle des produits alimentaires non-transformés à 1,7%. 

Mais, dans le même temps, cette inflation des prix énergétiques se situait en ce début d'année sous les niveaux observés l'an dernier. Au premier trimestre 2011, la hausse des prix à la consommation des produits énergétiques s'affichait en effet à 15,3%. Elle a plafonné à 17,4% au deuxième trimestre. Puis, l'évolution des prix à l'énergie a commencé à se tasser.

Energie, championne de l'inflation

Il ne faut pas se leurrer toutefois, l'inflation des prix énergétiques continue à représenter la première cause de la hausse des prix en Belgique, et de loin. Bien que légèrement en baisse, elle pesait encore pour 43% dans l'évolution des prix à la consommation au premier trimestre. Et le consommateur continue à sentir passer la pilule, au moment de faire son plein notamment.

Même si la hausse du prix des carburants à ralenti à 10,2% (contre 14,5% au premier trimestre 2011 et 17,7% au deuxième trimestre), ceux-ci ont encore atteints de nouveaux records ces derniers mois. En mars, le prix du diesel a atteint un record à 1,56 euro au litre (TVA incluse) et celui de l'essence Super 95 de 1,75 euro au litre. "Depuis la fin de l'année 2011, le système de cliquet inversé n'est plus d'application", rappelle à cet égard l'Observatoire des prix.

Electricité à nouveau plus chère

Autre bémol, la hausse des prix à la consommation de l'électricité "à partir de février 2012", après le ralentissement qui avait été observé entre juin et décembre 2011 (-2%). L'inflation dans ce secteur de consommation s'est même accélérée de 6,9% au premier trimestre 2011 à 9,7% au cours des trois premiers mois de l'année. On observe toutefois une amélioration en la matière, alors que la hausse des prix à la consommation d'électricité avait plafonné à 13% fin 2011.

Ce sont les tarifs des réseaux qui continuent à représenter le gros de la facture totale d'électricité (41%) devant la composante énergétique (38,9%). Les tarifs réseaux ont augmenté de 18,8% au premier trimestre et les prix de la composante énergétique de 3,9%. "La progression de ces tarifs de réseaux s'explique principalement par une hausse des tarifs de distribution en Région flamande au milieu de l'année 2011, suite aux coûts des subventions régionales pour l'installation des panneaux solaires", précise l'Observatoire.

L'Observatoire évalue à 825,4 euros la facture totale d'électricité pour un ménage ayant une consommation de 3.500 kWh en mono-horaire les trois premiers mois de 2012, "soit une augmentation de 80,5 euros par rapport au premier trimestre 2011."

La facture était plus salée encore au niveau de la consommation de gaz. Ici, l'augmentation aurait été de 234,3 euros pour un ménage consommant 23.260 kWh par an, soit une facture totale de 1.705 euros. Globalement, les prix à la consommation du gaz ont augmenté de 16,4% au premier trimestre 2012, contre une hausse de 20% un an plus tôt.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés