Taxshift: "10 milliards, c'est un minimum!"

©BELGA

Fons Verplaetse, Luc Coene, et Norbert de Batselier considèrent qu'un taxshift d'au moins 10 milliards d'euros est nécessaire.

Fons Verplaetse, Luc Coene et Norbert De Batselier, trois anciens dirigeants de la Banque Nationale de Belgique, considèrent que si "taxshift" il y a, il doit porter au moins sur un montant de 10 milliards d'euros.

"10 milliards, c'est un minimum!", indique Norbert De Batselier dans une interview accordée à l'hebdomadaire flamand Knack. "Sinon, il ne s'agira tout au plus que du farfouillage sur les marges".

Le magazine interrogeait les trois hommes sur la santé de l'économie belge après la crise. "Si on table sur un tel montant, le gouvernement devra revoir la TVA, les taxes sur la pollution et les taxes sur le patrimoine", ajoute Luc Coene. Un avis partagé par Fons Verplaetse qui prévient toutefois des conséquences d'une hausse de la TVA sur la consommation des ménages. Norbert De Batselier penche lui davantage sur une hausse de la TVA sur les produits de luxe.

Il est grand temps que les entreprises paient leur part de l'impôt.
Fons Verplaetse
Ancien gouverneur de la BNB

Fons Verplaeste évoque aussi un contrôle plus strict des subsides salariaux. L'an dernier quelque 12,1 milliards d'euros ont été accordés aux entreprises sous formes de subsides. La moitié de ce montant sont des subsides aux salaires pour notamment le travail de nuit. Néanmoins, ceux-ci ne transparaissent pas dans les chiffres salariaux publiés. En réalité, les coûts salariaux sont donc plus bas". Selon Fons Verplaetse, ces subsides sont aussi importants que les impôts versés par les entreprises. "Aucun autre pays ne connaît une telle situation. Il est temps qu'on discute enfin de la politique des subsides. Il est grand temps que les entreprises paient leur part de l'impôt". Il ajoute qu'il est primordial que les mesures favorables destinées au capital soient reversées.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés