Un employé sur quatre a reçu une augmentation salariale

Les tensions sur le marché de l’emploi poussent les salaires à la hausse: 22% des employés ont été augmentés en 2019. D’après Robert Half, la tendance va se poursuivre: 27% des employés s’attendent à une augmentation en 2020.

Près d’un employé sur quatre (22%) a reçu une augmentation salariale au premier semestre 2019. Il s’agit principalement de travailleurs de moins de 35 ans et de Bruxellois. C’est ce qu’indique le cabinet de recrutement Robert Half, qui vient de publier son "Guide des salaires 2020". Cet outil destiné aux directeurs RH porte sur les métiers de la finance, de l’IT et les administratifs.

Si l’augmentation salariale en question ne dépassait pas 3% dans plus de la moitié des cas (54%), près d’un quart des augmentations (22%) sont comprises entre 3 et 7%. Un quart des sondés (27%) s’attend même à recevoir une nouvelle augmentation au premier semestre 2020.

"Nous conseillons de recruter sur la base du potentiel d’évolution."
Joël Poilvache
Directeur chez Robert Half

Ces chiffres illustrent à quel point le marché de l’emploi est tendu en Belgique, un phénomène qui se vérifie depuis plusieurs années déjà. "Et le départ des baby-boomers ne fera qu’accentuer la rareté", prévient Joël Poilvache, directeur chez Robert Half.

139.000 postes vacants

Au dernier trimestre 2018, 3,4% des postes à pourvoir en Belgique sont restés vacants, contre une moyenne européenne de 2,3%. Seule la Tchéquie affiche un taux de vacance d’emploi supérieur. Cette tendance s’est poursuivie en 2019. On dénombrait 139.000 postes vacants au deuxième trimestre de cette année, soit toujours un taux de 3,4% de vacance.

Résultat: la concurrence entre les entreprises pour attirer le candidat idéal se durcit et les salaires d’embauche augmentent. D’après Statbel, les salaires ont augmenté, en moyenne, de 2,4% au premier trimestre 2019 par rapport à la même période de l’année précédente. Le "Guide des Salaires 2020" confirme la position de force des candidats. Près de la moitié des sondés demandent une augmentation après six mois à un an et 14% se mettent à la recherche d’un nouvel emploi en cas de refus.

À poste similaire, les salaires peuvent varier selon que l’on est engagé à Wavre, à Hasselt où à Charleroi.

Il faut toutefois tenir compte de certaines différences régionales. À poste similaire, les salaires peuvent varier selon que l’on est engagé à Wavre, à Hasselt où à Charleroi. Ce n’est pas seulement une question d’offre et de demande, mais également une question de coût local de la vie. Les employeurs vont par exemple adapter leurs salaires aux prix de l’immobilier.

Reste que le salaire à lui seul ne suffit pas pour attirer et fidéliser des talents. D’après Robert Half, seuls 3 employés sur 10 considèrent le salaire comme étant le principal aspect de leur fonction. Pour les 70% restants, la culture d’entreprise, les perspectives d’évolution et la possibilité de soumettre des idées ont plus de poids que le salaire. De plus en plus de travailleurs (surtout les jeunes) apprécient davantage de flexibilité sur le plan de la rémunération, des avantages extralégaux et des heures de travail.

©Mediafin

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect