Un été particulièrement meurtrier pour les entreprises

On n'avait plus connu d'été aussi meurtrier pour les entreprises depuis 2013. ©Hollandse Hoogte / Peter Hilz

En juillet et août, 1.367 entreprises ont été déclarées en faillite en Belgique. C'est l'été le plus meurtrier depuis 2013.

Les mois d'été n'auront pas été profitables au niveau des faillites en Belgique. En juillet et août, 1.367 entreprises ont été déclarées en faillite, soit une hausse de 10,4% par rapport à l'été 2018.

C'est même l'été le plus meurtrier au niveau des faillites depuis 2013 (avec 1.380 faillites), signale Graydon, qui a collecté les chiffres.

Sur l'ensemble de l'année en cours, le bilan n'est guère meilleur, puisqu'on en est à 7.597 faillites, soit une progression de 15% sur un an.

Le situation est contrastée au plan régional, avec une hausse de 21% des faillites en juillet et août en Flandre et de 19% en Wallonie. A Bruxelles par contre, on observe un recul de 11% par rapport à 2018. Il faut cependant préciser que l'été 2018 avait été très mauvais pour Bruxelles.

Les ASBL et les professions libérales peuvent faire faillite et obtenir ainsi une seconde chance.
Peter Gezelle
Managing director chez Graydon

L'emploi paie un lourd tribut avec 14.023 postes de travail perdus pour cause de faillite. C'est 20% de plus que l'an dernier à pareille époque. La plus grosse faillite depuis le début de l'année est celle de Belle's Cleaning en mars dernier, avec 636 emplois perdus. Belle's Cleaning est une entreprise courtraisienne active dans le nettoyage par le biais de titres-services.

La justice travaille

Peter Gezelle, directeur chez Graydon, tient toutefois à relativiser quelque peu ces chiffres: "La hausse des faillites, à laquelle nous assistons depuis un certain temps déjà, s'explique et ne doit pas être dramatisée. Cette hausse n'est pas à mettre en relation avec un ralentissement économique." Il pointe au contraire un certain nombre de modifications législatives qui ont pu alimenter la hausse des faillites. "Les ASBL et les professions libérales peuvent faire faillite et obtenir ainsi une seconde chance. De leur côté, plusieurs tribunaux utilisent les nouvelles possibilités qu'ils ont reçues du législateur pour éliminer les sociétés fantômes." C'est la preuve, selon lui, que la justice fait son travail.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés