Publicité
mon argent

Vers une année record pour le crédit hypothécaire

Le nombre de crédits octroyés a augmenté de 37,5% au 2ᵉ trimestre 2021, par rapport à la même période en 2020.

Demandes et octrois de crédits hypothécaires n'ont jamais été si soutenus qu'au premier semestre, créant même des embouteillages chez certains banquiers et notaires.

L'année 2021 risque de battre le record d'activité hypothécaire de 2019 – lié à l’époque à la disparition du woonbonus en Flandre, mais aussi aux taux historiquement bas. Cette année encore, les taux planchers – même s'ils sont un peu plus volatiles suite à la crise sanitaire et à l'inflation – et le regain de l'activité après une année 2020 plus compliquée à la suite du confinement strict au deuxième trimestre, font bouillonner le marché du crédit hypothécaire.

"Notre production de crédits en 2021 sera supérieure de plus de 25% par rapport à 2019."
Roel Vermeire
Porte-parole de Keytrade Bank

La banque BNP Paribas Fortis, leader sur le marché en Belgique, "observe une belle activité au premier semestre de 2021, avec une hausse de 30% par rapport à la même période en 2020", indique-t-elle.

Belfius constate également, depuis le début de l’année, "une progression de 30% de son activité hypothécaire", affirme la porte-parole. La banque en ligne Keytrade estime quant à elle que sa production de crédits en 2021 sera "supérieure de plus de 50% à celle de 2020 et de plus de 25% par rapport à 2019".

Du jamais vu

Les chiffres de l'Union professionnelle du crédit (UPC) confirment la tendance. Jamais autant de crédits n'ont été demandés et octroyés que durant les deux premiers trimestres de 2021.

+5%
prêts octroyés
Le nombre de prêts octroyés a crû de 5% durant les deux premiers trimestres de 2021 par rapport à la même période en 2019.

Du côté des demandes, la hausse s'élève à 46% au premier trimestre, et à 39% au second trimestre par rapport aux mêmes périodes en 2020. Par rapport à 2019 – année où l'activité avait été très soutenue – la hausse s'élève à 23% au premier trimestre et à 10,5% au deuxième trimestre.

Les prêts effectivement octroyés ont, quant à eux, augmenté de 35% et 37,5% par rapport aux premier et deuxième trimestres de 2020, et de 5% par rapport aux mêmes trimestres de 2019.

Embouteillages au sein des banques

Certaines banques peinent même à répondre rapidement à cette demande particulièrement intense. "Il y a embouteillage, mais toutes les banques ne sont heureusement pas concernées par les problèmes de délais", confirme le courtier en crédits hypothécaires Patrick Segers.

"ING connaît un rallongement des délais dans le processus d’octroi de crédit hypothécaire."
Julie Kerremans
Porte-parole d'ING

Si BNPPF et Belfius arrivent à absorber la demande, de son côté, "ING connaît un rallongement des délais dans le processus d’octroi de crédit hypothécaire", affirme la banque. Chez KBC, "exceptionnellement, la forte activité sur le marché immobilier, combinée à une forte demande de prêts immobiliers, entraîne également des temps d'attente plus longs".

Surcharge notariale

Cette forte activité hypothécaire entraîne par conséquent une surcharge de travail dans certaines études notariales. "Nous avons énormément de travail", confirme le notaire Renaud Grégoire, qui l'explique par "la reprise exceptionnelle depuis le début de l'année, mais essentiellement en mai et juin. Ajoutez à tout cela les congés d'été, cela ralentit forcément le travail. Nous sommes plus proches des quatre mois (délais maximal, NDLR) entre le compromis et l'acte de vente, que des deux mois", explique-t-il.

"La clause suspensive d'octroi de crédit impose souvent deux, voire trois refus. Les clients introduisent alors leur demande dans plusieurs banques (...)."
Patrick Segers
Courtier

Le nombre d'actes passés en mai a augmenté de 51% par rapport à 2020, pour le mois de juin, la hausse est de 27,2% et +6,8% en juillet, mois traditionnellement plus calme puisqu'il s'agit des congés d'été, détaille la Fédération du notariat (FedNot).

"En outre, pour les compromis avec une clause suspensive d'octroi de crédit, les notaires ne font pas nécessairement toutes les démarches préalables, concernant l'urbanisme, etc., mais attendent que le crédit soit effectivement octroyé pour éviter d'entreprendre des démarches coûteuses inutilement", ajoute le notaire.

Patrick Segers explique: "La clause suspensive d'octroi de crédit impose souvent deux, voire trois refus. Les clients introduisent alors leur demande dans plusieurs banques, pour un résultat qui ne sera pas unique. Cela provoque aussi une surchauffe des demandes."

Le résumé

  • Le nombre de demandes et d'octrois de crédits hypothécaires durant les 2 premiers trimestres de 2021 n'a jamais été si élevé.
  • Ce marché en ébullition a des répercussions sur les banques et les notaires, qui peinent parfois à absorber la demande.
  • 2021 pourrait dès lors battre l'activité record de 2019 sur le marché du prêt hypothécaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés