Un million de dollars pour la recherche belge, merci Marc Zuckerberg

©AFP

Marc Zuckerberg donnera, via sa fondation, un coup de pouce d’un million de dollars à une équipe de chercheurs belges. Plus de 700 candidatures avaient été déposées pour obtenir un soutien. Le projet belge fait partie des neuf à avoir été sélectionnés.

La nouvelle a de quoi réjouir le monde de la recherche belge. La fondation 'Chan Zuckerberg Initiative' (CZI), lancée par Marc Zuckerberg et sa femme financera à hauteur de 1.05 million de dollars les études menées par des chercheurs de la VUB-KULeuven. Dirigée par le professeur Patrik Verstreken, l’équipe de spécialistes s’intéresse aux maladies neurodégénérescentes et plus précisément à Parkinson. Le coup de pouce permettra au chercheur et son équipe de débuter le travail.  "Le programme est prévu sur trois ans. Nous aimerions ensuite le prolonger, suivant l’évolution des résultats obtenus. Ça ne suffira donc pas mais c’est un bon début. Le fonds a aussi le gros avantage d’être très réputé. Cette mise en lumière pourrait donc susciter de l’intérêt ailleurs et nous permettre d’obtenir des budgets supplémentaires", explique Patrik Verstreken.  Obtenir le soutien d’un tel organisme a aussi d’autres avantages que l’apport d’argent frais." L’intérêt sera aussi pratique. En plus de la belle visibilité, nous aurons accès à un réseau incroyable de spécialistes. La fondation a pris l’habitude de mettre en place des conférences et d’inciter les relations entre les chercheurs. Cet apport sera tout aussi important que l’argent", souligne le spécialiste.

Il y avait plus de 700 candidatures de partout dans le monde. Au final, seulement neuf projets ont été sélectionnés
Patrik Verstreken
Chercheur à la KULeuven

Beaucoup de candidats, très peu d’élus

L’équipe belge souhaite développer une méthode d’analyse des cellules affectées par la maladie de Parkinson à partir d’une puce. Une approche particulièrement innovante qui a convaincu les responsables de l’appel à projet "Neurodegeneration Challenge Network", lancé par la fondation. Un résultat assez remarquable puisque les projets retenus sont très peu nombreux. "Il y avait plus de 700 candidatures de partout dans le monde. Au final, seulement neuf projets ont été sélectionnés. Deux seulement sont européens, le nôtre et un suédois. Tous les autres sont américains", précise Patrik Verstreken. Pour mener à bien ses recherches, le professeur s’entourera d’experts extérieurs. Il pourra notamment compter sur l’hôpital Universitaire de Louvain et  le centre de recherche Imec. L’équipe louvaniste aura également l’appui de l’Université de Stanford.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content