Di Rupo n'exclut plus de discuter avec la N-VA

"Le Roi souhaite que les femmes et les hommes politiques qui ont des responsabilités se parlent", rappelle le président du parti socialiste, Elio Di Rupo. ©Photo News

Elio Di Rupo assure désormais que son parti ne ferme pas totalement la porte aux nationalistes flamands. Si les informateurs royaux invitent le PS, celui-ci est d'accord de discuter avec la N-VA.

Changement de stratégie? Alors que le blocage du PS face à la N-VA semble le frein principal à l'avancée du travail des négociateurs fédéraux, Elio Di Rupo n'exclurait pas de s'asseoir à la table des négociations avec les nationalistes flamands si les informateurs royaux en formulent la demande.

Les informateurs royaux semblent vouloir organiser des tables de discussion. Si tel est le cas, nous irons discuter.
Elio Di Rupo
Président du PS

Voici ce qu'a indiqué dimanche Elio Di Rupo au micro la RTBF, après le défilé de la Fête nationale: "Le Roi souhaite que les femmes et les hommes politiques qui ont des responsabilités se parlent", a commenté le président du parti socialiste suite au discours royal prononcé samedi, qui plaidait pour un "dialogue ouvert et vrai". Si Elio Di Rupo reconnaît ne pas discuter avec les nationalistes flamands "en l'état actuel des choses", il considère toutefois qu'un dialogue relève "certainement du domaine du possible".

"Les informateurs royaux semblent vouloir organiser des tables de discussion. Si tel est le cas, nous irons discuter", a prudemment avancé le socialiste. "Les résultats électoraux sont ce qu'ils sont. Il y a différents partis qui aujourd'hui peuvent jouer un rôle premier, mais dont les sensibilités et les objectifs sont différents", a-t-il poursuivi pour expliquer les lenteurs des négociations aux différents niveaux de pouvoir. Le président du PS s'est ainsi voulu rassurant, affirmant n'être "pas inquiet du tout".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect