En 2019, vous ne voterez peut-être plus dans la même circonscription

©BELGAIMAGE

Alors que la crise politique fait rage en Wallonie, les trois grands partis (PS, cdH et MR) ont eu le temps de redessiner la carte des circonscriptions électorales wallonnes. En ligne de mire, les élections régionales de 2019.

Le PS, le cdH et le MR ont scellé un accord sur la nouvelle carte électorale de la Wallonie en vigueur à partir des prochaines élections régionales en 2019, écrit Le Soir ce samedi. Le décret, qui modifie le Code wallon de la démocratie locale, sera prochainement déposé au parlement wallon et devrait être approuvé à la rentrée parlementaire.

Fin 2015, la Cour constitutionnelle a déclaré anticonstitutionnel l'article 5 et l'annexe 1 de la loi ordinaire du 16 juillet 1993 visant à achever la structure fédérale de l'État. Cet article définit les circonscriptions, arrondissements et cantons électoraux wallons et la répartition des sièges à pourvoir au parlement wallon. Plus particulièrement, la Cour a considéré comme discriminatoires les circonscriptions qui disposent de moins de quatre sièges à pourvoir.

L'accord entre les trois partis sur le redécoupage de la carte électorale prévoit notamment la création de la circonscription Soignies-La Louvière, qui disposera de cinq sièges au parlement wallon. La circonscription de Thuin est, elle, fusionnée avec celle de Charleroi tandis que Lessines et Enghien entre autres intègrent la circonscription de Tournai-Ath.

Au Luxembourg, les circonscriptions d'Arlon et de Neufchâteau sont également fusionnées. Cette circonscription unique élira six députés wallons.

"Un pugilat d'une intensité rare" dixit Ecolo

Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au parlement wallon, se dit "sidéré" par cet accord alors que le PS et le cdH "se livrent à un pugilat d'une intensité rare" depuis le début de la crise politique dans les entités fédérées francophones. "Ils se disputent sur l'avant-scène mais s'entendent en coulisses sur une importante révision de la carte électorale en Wallonie", ajoute-t-il. "C'est interpellant."

Ecolo déplore par ailleurs de ne pas avoir été associé à la réflexion sur le redécoupage des circonscriptions électorales. "Quand on fixe les règles du jeu, il serait normal de ne pas confisquer le débat et d'impliquer toutes les formations démocratiques", ponctue Stéphane Hazée.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés