"Le principe du compteur qui tourne à l'envers doit être supprimé"

©PHOTOPQR/LA MONTAGNE

L’Apere, l’association de promotion des énergies renouvelables, propose une mesure polémique: la suppression totale du principe du compteur qui tourne à l’envers pour tous les prosumers.

Alors que gouvernement wallon et régulateur s’affrontent pour savoir s’il faut faire payer des frais de réseau aux propriétaires d’installations photovoltaïques existantes, l’Apere, l’Association pour la promotion des énergies renouvelables, va beaucoup plus loin et prône la suppression totale du principe du compteur qui tourne à l’envers pour tous les prosumers (ces consommateurs d’électricité qui sont aussi producteurs) en Belgique, sur les frais de réseau comme sur l’énergie. C’est sans doute la plus polémique des dix mesures proposées par l’ASBL dans le mémorandum publié ce jeudi, en vue de développer l’autoconsommation collective d’énergie verte.

De quoi parle-t-on? Par exemple de ménages équipés de panneaux photovoltaïques qui s’associent à leurs voisins, ou d’entreprises qui mutualisent leur production d’énergie locale pour qu’elle soit au maximum autoconsommée en temps réel. Une autoconsommation locale dont le potentiel est vraiment très important, estime l’Apere, et qui permettrait aux particuliers comme aux entreprises d’accéder à une énergie à un coût accessible et aux Régions d’atteindre et de dépasser leurs objectifs renouvelables sans devoir investir massivement dans le réseau.

CHAT | Ce vendredi à 12h, Philippe Delaisse, consultant en transition énergétique et bas carbone, répond à toutes vos questions sur le photovoltaïque.

"Une série de mesures sont nécessaires pour créer un nouvel écosystème, argumente Benjamin Wilkin, secrétaire général de l’Apere. La suppression du principe du compteur qui tourne à l’envers, qui n’incite pas à maximiser l’autoconsommation, est l’une d’entre elles."

Parmi les autres mesures proposées par l’Apere, la mise en place d’un tarif incitatif pour l’énergie renouvelable autoconsommée collectivement, qui garantit au moins une économie de 0,05 euro sur chaque kilowattheure autoconsommé collectivement – 20% de moins, grosso modo, que le tarif classique. "Lors des conférences que nous avons organisées sur le sujet, nous avons chaque fois procédé à un petit sondage pour voir à quel prix les gens seraient prêts à acheter l’électricité verte de leur voisin. Quand la réduction atteint 20%, une majorité de la salle est clairement prête à acheter", explique Benjamin Wilkin.

-20%
Parmi les mesures proposées par l’Apere, un tarif incitatif pour l’énergie renouvelable autoconsommée collectivement, soit une économie d’au moins 20% par rapport au tarif classique.

Cette réduction pourrait être atteinte grâce à la baisse de la TVA à 6% et à l’exonération totale des frais de transport et de la contribution à l’énergie verte pour l’électricité autoconsommée collectivement, puisque le système permet de stimuler la production d’électricité renouvelable locale sans subsides.

"Nous voulons profiter de l’impulsion donnée par la Wallonie, qui est en train de se doter d’un cadre législatif en la matière, pour assurer la mise en place d’un modèle durable dans les trois Régions. Nous croyons vraiment que cette autoconsommation collective renouvelable sera extrêmement vertueuse", conclut l’Apere.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect