analyse

Le MR toujours ostracisé en Wallonie

©BELGA

Pour Ecolo, la société civile doit faire partie des négociations relatives à la formation du prochain gouvernement wallon. Une condition que le PS promet d'étudier, ce qui semble confirmer l'objectif de mettre sur pied un gouvernement minoritaire sans le MR.

Le coquelicot mis entre parenthèses, le temps des discussions a repris ce mercredi entre le PS et Ecolo en Wallonie. Sans rentrer formellement en négociations, les deux partis vont travailler toute la journée à Namur afin de dégager une série de convergences. "Les écologistes ont déposé 20 réformes basculantes pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles en matière d'emploi, de transition écologique, de culture. Le PS a demandé de prendre du temps pour les analyser. On va recevoir le retour des socialistes. Les contacts se font à deux", expliquait avant la réunion Jean-Marc Nollet,le co-président écologiste.

Confusion à la sortie de la réunion

Élections 2019

Suivez les négociations et consultations pas à pas dans notre dossier >

Les choses ne sont cependant pas aussi évidentes qu’espérées par Elio Di Rupo, le président du PS, en début de journée. A entendre les négociateurs socialistes à leur arrivée au parlement, tout semblait quasiment ficelé pour lancer officiellement des négociations. "A la demande d’Ecolo, on va essayer de travailler sur un cœur de programme qui sera proposé à l’ensemble des députés. La note sera mise à la disposition de l’ensemble des députés de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles", expliquait Elio Di Rupo, le président du PS avant d’entamer la réunion. 

Pour Paul Magnette, le deuxième négociateur du PS, il existe "de fortes convergences entre le programme du PS et d’Ecolo. On va creuser ces convergences et on verra qui pourra les soutenir."

"Il faut associer la société civile aux négociations. C’est à prendre ou à laisser. Elle doit être associée dans le processus d’élaboration des politiques."
Jean-Marc Nollet
Co-président d'Ecolo

De quoi parle-t-on? Malgré la pression des libéraux qui estiment que ces réformes basculantes doivent être rendues publiques, Ecolo reste très discret sur le contenu de la note de travail. En toute logique, cette liste est similaire à celle transmise à L'Echo pendant la campagne. Cette feuille de route intègre notamment un "basculement vers une économie circulaire", une "dépolitisation des recrutements dans la fonction publique en relançant notamment les mandats de législature pour les fonctions de direction", une "garantie que toutes les décisions du futur gouvernement wallon cadrent avec les objectifs climat", la "création des emplois verts en visant 100% d'isolation et 100% d'énergies renouvelables"

L’euphorie du matin est cependant vite retombée suite aux exigences formulées par les verts pendant la réunion. "On a atteint un moment intéressant. On travaille sur des réformes basculantes. Je note que dans les propositions du PS il y en a des éléments où on sent des convergences. Il y a aussi des éléments où des négociations seront nécessaires", estime Jean-Marc Nollet. Mais avant d’aller plus loin, le co-président des verts a posé une exigence. "Il faut associer la société civile aux négociations. C’est à prendre ou à laisser. Elle doit être associée dans le processus d’élaboration des politiques."

Quelle société civile?

Sans préciser qui se cache derrière cette "société civile" et quelles tendances devront être représentées, la demande des verts n’est pas claire. Elle fait aussi fi des contacts déjà pris par le formateur socialiste avec des associations comme Inter-environnement, le réseau de lutte contre la pauvreté, l’Iweps, les syndicats et l’UWE. Jean-Marc Nollet veut visiblement aller un pas plus loin. Il en fait une condition préalable aux négociations avec le PS. "Il est temps de réconcilier le monde de la société civile avec le monde politique".

Sans revenir sur son idée de gouvernement minoritaire coquelicot, Ecolo laisse sur la table son idée d’intégrer dans un gouvernement une série de ministres issus de la société civile. " Mais pas des ministres gadgets ", précise Jean-Marc Nollet.


Le MR toujours sur la touche 

Ce contretemps dans le déroulé des entretiens avec Ecolo ne semble pourtant pas effrayer les socialistes qui s’attendaient à ce genre de surprise venant des verts. "On avance par petits pas mais on avance. Associer la société civile ne doit en principe pas poser un problème mais on va consulter nos instances", précise Elio Di Rupo.

Le PS est par contre toujours bien déterminé à ne pas associer les libéraux, incontournables pour former un gouvernement majoritaire. "On est dans une étape où on a fait le tour de toutes les formations. Deux formations - le cdH et le PTB - se sont retirées du jeu. Et celle avec laquelle on a des convergences, c’est Ecolo", analyse Paul Magnette. Avant de quitter le parlement, Elio Di Rupo a d'ailleurs indiqué que "dans l’état actuel des choses, on ne va pas voir le MR." 

La formation wallonne pourrait entrer dans une nouvelle phase

Le PS et Ecolo pourraient proposer à moyen terme un axe de convergences, dégagé avec la société civile, aux partis politiques représentés au sein des parlements de Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (le cdH, le PTB, le MR et DéFI), a-t-on appris à différentes sources proches des négociations.

Le PS fera, probablement vendredi matin, un état des lieux, en Bureau de parti, après le troisième round de consultations organisé ce mercredi à Namur avec les écologistes. Ecolo attend de son côté une proposition du parti socialiste avant d'éventuellement consulter sa base. Le calendrier de cette nouvelle phase demeure incertain, en raison notamment de l'organisation et de l'issue des processus de consultation interne, au PS et chez Ecolo.

La méthode rappelle celle qui avait vu s'organiser en 2009 des consultations autour d'un axe Ecolo-cdH. L'enjeu visait alors à trouver un troisième partenaire. Entre les réformateurs et les socialistes, ce sont finalement ces derniers qui furent choisis. Cette fois, l'axe PS-Ecolo testerait auprès des partis représentés au parlement wallon et au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles les propositions retenues dans l'axe de convergences associant la société civile.

Le cdH, le PTB, et le MR seraient par exemple amenés à faire connaître leur position sur la gratuité des transports en commun. DéFI serait également consulté sur les propositions de l'axe Fédération Wallonie-Bruxelles.

Lire également

Publicité
Publicité