analyse

Une Belgique plus ingouvernable que jamais

La dispersion des sièges liée à la montée de l’extrême droite et de l’extrême gauche risque de rendre très difficile la formation du prochain gouvernement fédéral. La suédoise perd 22 sièges et sa majorité.

Un tremblement de terre politique est donc en train de secouer la Flandre, qui voit exploser le vote Vlaams Belang. Tel est le principal enseignement de cette journée électorale. L’extrême droite flamande avait été contenue ces dernières années par l’émergence puis par l’installation au pouvoir de la N-VA. Au lendemain des élections de 2014, elle ne représentait plus que trois députés à la Chambre pendant que les troupes de Bart De Wever empochaient 33 sièges.

La N-VA ira-t-elle au fédéral?

Le Belang frôle aujourd'hui les 20% des voix. Passant de 33 à 25 sièges, la N-VA est la principale victime de cette poussée de l’extrême droite flamande, mais cette dernière semble également profiter du recul des partis traditionnels. Le CD&V est en net recul perdant 6 de ses 18 sièges, tout comme le sp.a (9 sièges contre 13 en 2014) qui voit monter, côté gauche, un PVDA (PTB) qui dépasse le seuil électoral de 5% au nord du pays et envoie deux élus à la Chambre et 3 au Parlement flamand. Groen est en progression de deux sièges mais donc sans donner lieu à une vague verte qui fut parfois attendue. L'Open Vld doit également constater un tassement par rapport à 2014 en passant de 14 à 12 sièges.

Quelles conséquences pour les futures négociations au niveau fédéral? A 22 heures dimanche, l’avancement de la communication des résultats à Bruxelles et en Wallonie ne permettait pas de s’avancer beaucoup quant au poids des uns des autres au niveau fédéral. On peut cependant déjà affirmer que la coalition sortante, la "suédoise" associant N-VA, CD&V, Open Vld et MR, perd 22 de ses 83 sièges et ne dispose donc plus de majorité.

Lire également | "Une suédoise bis n'est plus possible", Vincent Laborderie

Bart De Wever laisse volontiers les clés du Fédéral au Roi

Elections | Tous les résultats

Comme président du premier parti de Flandre mais perdant de l’élection, Bart De Wever a laissé dimanche soir les clés de la négociation fédérale au Roi, tout en affirmant que son parti ne tolérerait pas que les partis néerlandophones du prochain gouvernement fédéral ne disposent pas d’une majorité au sein du groupe linguistique néerlandais à la Chambre. "La Flandre a voté au centre droit et à droite. Et national-flamand, plus que jamais. La Belgique francophone choisit au contraire d'aller beaucoup plus à gauche. Jamais, ces réalités n'ont été aussi éloignées les unes des autres", a-t-il affirmé dimanche soir.

"Mon seul vrai veto, qui est réel, c'est contre le PS et Ecolo au niveau fédéral. Faire un gouvernement normal avec des gens qui plaident pour des frontières ouvertes, pour une semaine de quatre jours sans réduction de salaire, pour revenir en arrière avec la réforme des pensions… ce n'est pour moi pas à l'ordre du jour", a également dit le président de la N-VA, refusant pour l’heure d’exclure le Vlaams Belang.

Côté francophone, la chute des partis traditionnels - PS, MR et cdH - s'est confirmée au profit d’Ecolo et du PTB

"Repenser la démocratie en Belgique"

MR, PS et cdH s'écrasent à la Chambre

De fait, le MR perd 6 sièges n'en conservant que 14, un niveau historiquement bas. Le PS perd également 3 des 23 sièges décrochés en 2014 alors que le cdH passe de 9 à 5 sièges dans l'hémicycle fédéral. Victorieux, Ecolo passe de 6 à 13 sièges et le PTB de 2 à 10. 

Cette situation risque de ne pas favoriser l'émergence rapide d'une coalition fédérale. "Pour l'instant, aucune coalition à trois familles, hors N-VA, ne semble pouvoir être installée", glisse un observateur libéral. "Les exclusives prononcées par les uns et les autres (Ecolo, PS et cdH) risquent d'être difficile à tenir", ajoute-il. De fait deux scénarios sont aujourd'hui envisageables. D'abord une sorte de gouvernement d'union nationale associant les libéraux, socialistes, chrétiens-démocrates et écologistes. Une coalition à 8 qui paraît aussi impraticable que tout autre attelage devant associer la N-VA. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n