Publicité

126 millions d'investissements dans les soins de santé

Ces 126 millions viennent du plan de relance belge XXL et de la Facilité pour la reprise et la résilience de l'Union européenne. ©gert jochems

En plus d'1,2 milliard d’euros structurel supplémentaire pour les soins de santé, le ministre Frank Vandenbroucke a décroché 126 millions pour une série de projets dans le secteur.

On sait que le budget 2022 des soins de santé prévoit 1 milliard d’euros supplémentaire pour le personnel soignant (à la louche, 400 millions pour le fonds "Blouses blanches", qui vise à développer l’emploi et améliorer la formation des infirmiers, et 600 millions pour améliorer les salaires et les conditions de travail dans le secteur) ainsi que 200 millions d’euros de financement supplémentaire pour les soins de santé mentaux. Mais à côté de ce 1,2 milliard de moyens additionnels désormais repris de façon structurelle dans le budget des soins de santé, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) a aussi décroché une enveloppe de 126 millions d’euros dans le cadre du plan de relance belge XXL et de la Facilité pour la reprise et la résilience de l'Union européenne. Des moyens qui sont destinés à financer une série d'investissements dans la digitalisation et l’innovation dans le secteur.

Trois enveloppes pour les hôpitaux

24 millions vont être consacrés à la cybersécurité - un risque devenu récemment une réalité concrète pour plusieurs hôpitaux.

Trois enveloppes concernent les hôpitaux. D’abord, 24 millions d'euros vont être consacrés en 2022 à leur cybersécurité – un risque devenu récemment une réalité concrète pour plusieurs hôpitaux, dont la Clinique Saint-Luc à Bouge, qui a dû annuler des milliers de rendez-vous suite à une attaque de ce type. Ce budget sera destiné à la fois à la prévention et à la lutte contre les attaques de cybercriminels, avec notamment la mise en place d’une équipe d’intervention informatique d’urgence pour le secteur.

Ensuite, un budget de 20 millions est prévu en 2023 pour améliorer les systèmes de gestion des données des hôpitaux, pour faciliter "l’utilisation secondaire des données", par exemple pour améliorer la qualité des soins, la recherche ou la lutte contre une pandémie. Et 20 autres millions sont attendus en 2024 pour soutenir l’innovation en secteur hospitalier: on parle d'introduction de l’intelligence artificielle, du développement de soins personnalisés ou du déploiement de technologies mobiles et de surveillance.

Une enveloppe de 22 millions d’euros va par ailleurs soutenir des initiatives de digitalisation dans le secteur, notamment autour du Dossier Patient Informatisé (DPI), mais aussi pour développer un portail intégré pour les prestataires de soins.

Enfin, 40 autres millions vont venir financer des initiatives comme le schéma de médication partagée, la création d’une plateforme d’échange des prescriptions (par exemple lors de la prescription de radio) qui pourront être accessibles à la fois au dispensateur de soins et au patient, ou la téléconsultation, qui a permis à des milliers de patients de bénéficier d’un suivi médical durant la crise sanitaire sans qu’ils doivent sortir de chez eux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés