Publicité

13,4 milliards d'ici 2024 pour la transition énergétique et digitale

Le secrétaire d'Etat Thomas Dermine (PS) vise un niveau d'investissement public de 3,5% du PIB en 2024. ©BELGA

Pour assurer la transition énergétique et digitale, 13,4 milliards d'euros seront investis d'ici 2024. L'effort quantitatif se doublera d'un monitoring au niveau de la mise en oeuvre des projets.

"Un point d’inflexion historique." C’est ainsi que le secrétaire d’Etat pour la relance Thomas Dermine (PS) a qualifié les ambitions du gouvernement fédéral en matière d’investissement. "J’ai toujours vécu dans un pays qui réduisait les investissements publics. C’est la première fois en quarante ans qu’on inverse la logique", s’est-il félicité vendredi.

On savait depuis mardi que le conclave budgétaire avait permis de dégager 1 milliard d’euros supplémentaires d’investissements sur trois ans. Ce montant s’ajoute au 1,25 milliard d’euros de projets fédéraux fixés dans le Plan de relance subsidié par l'Europe et aux 328 millions d’euros d’investissements dégagés en complément en avril dernier. Au total, cela fait 2,6 milliards d’euros qui seront investis d’ici 2024 dans un plan de relance et d'investissement global.

3,5%
du PIB
La Vivaldi s’est fixé comme objectif de renouer avec un taux d'investissement de 3,5% du PIB en 2024 et de 4% du PIB en 2030.

Retard à rattraper

Depuis de nombreuses années, la Belgique est à la traine en matière d’investissements. En 2019, ceux-ci s’élevaient à 2,63% du Produit intérieur brut (PIB), contre 5% au début des années septante lorsque furent construites la plupart de nos autoroutes. La Vivaldi s’est fixé comme objectif, pour financer la transition énergétique et digitale, de renouer avec un taux d'investissements publics de 3,5% du PIB en 2024 et de 4% du PIB en 2030.

Pour atteindre l’objectif de 3,5%, 13,4 milliards d’euros additionnels seront nécessaires au niveau national pour la période 2020-2024, dont 2,4 milliards seront assurés par le fédéral. Mais le gouvernement a finalement pu allonger ce montant de 2,6 milliards d’euros.

Vendredi, Thomas Dermine a fourni des précisions sur la ventilation thématique de ce dernier montant. Sur les 2,6 milliards d’euros, 743 millions (soit 30%) iront à la digitalisation et la cybersécurité, 679 millions (26%) seront consacrés à la mobilité, 610 millions (24%) seront pour l’écologie et le durable, 312 millions (11%) pour améliorer la productivité et 234 millions (8%) pour l’inclusion.

11
millions d'euros
Une enveloppe de 11 millions d'euros est prévue pour rénover la Bourse de Bruxelles.

Pour ce qui est des projets concrets, certains étaient déjà connus comme la rénovation du Palais de justice de Bruxelles (170 millions) ou l’extension de l’éolien off-shore (100 millions). D’autres le sont moins comme la construction de maisons de détention pour les courtes peines (92 millions), la rénovation de la Bourse (11 millions), l'aménagement de futurs quartiers résidentiels pour le personnel de la Défense (100 millions) ou encore des nouveaux scanners pour le port d’Anvers (58 millions).

Contrôle qualité

Outre l’ampleur de l’effort d’investissement, le gouvernement entend veiller à la qualité d’exécution de celui-ci. Pour ce faire, un rapport d'avancement de la mise en œuvre du plan sera réalisé tous les six mois à partir d'avril 2022.

Le gouvernement veut raccourcir le délai de traitement des contestations devant le Conseil d'Etat.

Un Conseil supérieur de l’investissement public verra par ailleurs le jour. Il sera hébergé au sein du Conseil supérieur des Finances et produira notamment des analyses d’impact des projets.

Enfin, la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) planche sur la manière d’améliorer le fonctionnement du Conseil d’Etat lorsqu’il s'agit de chantiers d’importance stratégique pour le pays. L’objectif est de raccourcir le délai de traitement des affaires (30 mois en moyenne aujourd’hui) et de mettre un frein aux possibilités de contestation.

Le résumé

  • Thomas Dermine a fourni des précisions sur la ventilation thématique des projets d'investissements publics d'ici 2024.
  • Sur les 2,6 milliards d'euros dégagés, 743 millions iront à la digitalisation et la cybersécurité.
  • Un rapport d'avancement de la mise en œuvre du plan d'investissement sera réalisé tous les six mois à partir d'avril 2022.
  • Le rôle du Conseil d'Etat lors de contestations sera revu.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés