3 ministres pour la N-VA, 3 ministres aussi pour le petit cdH

Bien qu'il pèse trois fois moins lourd en termes de voix que la N-VA, le cdH devrait en vertu de la parité au gouvernement fédéral disposer d'autant de postes ministériels.

Si le gouvernement à 5 partis sur lequel planche Elio Di Rupo devait voir le jour, il y a de fortes chances que le cdH de Joëlle Milquet (photo) se retrouve avec 3 ministres, soit autant que la N-VA de Bart De Wever qui pèse pourtant trois fois plus lourd en termes de voix.

Ce scénario, esquissé par "Het Laatste Nieuws" dans son édition de ce mercredi, est le résultat du principe de la parité entre francophones et néerlandophones qui préside à la composition du gouvernement fédéral.

Le 13 juin, 1.135.617 électeurs ont voté pour la N-VA, soit 17,4% de l'ensemble des voix en Belgique, ce qui leur a procuré 27 sièges à la Chambre. De son côté, le cdH a récolté 360.441 voix, soit 5,5% de l'électorat en Belgique, ce qui lui donne 9 sièges à la Chambre. Comment se fait-il qu'en dépit de cette disproportion, chacun des deux partis puisse tabler sur 3 ministres?

Chaque gouvernement fédéral est composé obligatoirement de 7 ministres francophones et de 7 ministres flamands, le Premier ministre étant "asexué" linguistiquement. En Flandre, 3 partis (CD&V, N-VA et sp.a) devront en principe se répartir les 7 postes exécutifs, tandis qu'en Belgique francophone, ils ne seront que 2 partis (PS et cdH) à devoir se partager 7 portefeuilles ministériels.

Comme le PS disposera déjà des postes de Premier ministre (Di Rupo) et de président de la Chambre (Flahaut), le cdH peut tabler sur 3 ministères. En Flandre, la N-VA, qui tient déjà le perchoir du Sénat, pourra revendiquer 3 postes ministériels, contre 2 au sp.a et 2 au CD&V.

J.-P. B.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés