5% des bénéfices pour le climat? Les entreprises dubitatives

Le président du PS aimerait associer les chefs d’entreprise signataires de la pétition "Sign for my future" dans le financement d’un partenariat public-privé, destiné à contrer le changement climatique. ©Jonas Lampens

Afin de mettre en place des mesures pour le climat, Elio Di Rupo verrait bien les entreprises contribuer à un fonds à hauteur de 5% de leurs bénéfices. La mesure suscite un intérêt très relatif.

Pour les politiciens belges, il est difficile de ne pas entendre les cris des jeunes dans les rues les incitant à prendre des mesures pour le climat. Il faut donc innover. Ce week-end, dans les pages du Soir, c’était au tour d’Elio Di Rupo d’y aller de sa petite idée. Pourquoi ne pas demander aux entreprises belges un effort supplémentaire pour le climat? Le président du PS aimerait ainsi associer les chefs d’entreprise signataires de la pétition "Sign for my future" dans le financement d’un partenariat public-privé, destiné à contrer le changement climatique. Un bon moyen selon lui de récolter plusieurs millions d’euros.

L’idée ne suscite toutefois pas un enthousiasme débordant. Les quelques entreprises contactées par L’Echo se cantonnent dans une prudente réserve.

Delhaize, par exemple, – dont le CEO Xavier Piesvaux a cosigné le texte – refuse à ce stade de s’exprimer sur la proposition d’Elio Di Rupo visant à prélever, sur base volontaire, 5% des bénéfices d’entreprises signataires du texte pour financer ce partenariat public-privé dédié à la transition climatique.

"On a déjà donné"

Mais en filigrane transparaît le message "on a déjà donné". "Delhaize fait déjà beaucoup pour la lutte contre le réchauffement climatique et est en train de finaliser un vaste plan interne de durabilité auquel il entend donner la priorité à ce stade", précise Roel Dekelver, porte-parole de l’enseigne au lion.

Chez Proximus aussi, on a cette impression de déjà bien faire sa part du boulot. L’idée n’emballe donc pas beaucoup plus. "Nous n’avons pas attendu le politique pour déjà mettre en place des mesures, explique l’entreprise qui ajoute fièrement être neutre en CO2 depuis 2016. Nous faisons donc partie des bons exemples en Belgique et nous visons une réduction supplémentaire de 30% d’ici 2025."

5%
Elio Di Rupo a sorti sa calculette. Si les entreprises ayant signé la pétition "Sign for my future" sont prêtes à consacrer 5% de leurs bénéfices à un fonds pour le climat, 350 millions d’euros pourraient être dégagés.

La mesure proposée soulève visiblement un intérêt très relatif du côté des télécoms. Telenet, l’autre grand acteur du marché, n’est pas plus enthousiaste que son concurrent. "L’important est avant tout que chacun regarde au sein de ses propres activités les mesures envisageables, explique Ineke Rampart, director corporate affairs. Verser simplement de l’argent dans un fonds n’est probablement pas le meilleur moyen pour arriver à des résultats concrets. Puis, ce genre d’idée pourrait amener les entreprises à seulement contribuer de cette façon et ne plus faire d’efforts à côté."

Enfin, du côté de BNP Paribas Fortis, on s’en tient à une habitude bien ancrée consistant à ne pas réagir aux propositions des responsables politiques.

"Je ne suis pas sûr qu’un partenariat public-privé est la meilleure solution dans un tel contexte, mais ce qui est sûr, c’est que les entreprises doivent prendre leurs responsabilités et contribuer à la recherche de solutions", précise Koen De Leus, chef économiste de la banque.

Finalement, seul Jef Colruyt, le CEO du groupe éponyme, exprime une (relative) ouverture envers une telle initiative. Mais il pose ses conditions.

"Le groupe a déjà pris toute une série d’initiatives s’inscrivant dans la lutte contre le changement climatique, notamment dans le domaine des énergies vertes (CNG, hydrogène…). L’ensemble de ces efforts représente déjà environ 5% de notre bénéfice net", précise une porte-parole de l’enseigne de Hal.

Jef Colruyt se dit néanmoins prêt à examiner une proposition visant à créer un fonds public-privé, à deux conditions: que cela se fasse "en toute transparence" et "avec des objectifs bien définis".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect