Publicité

58 millions d'euros pour les zones blanches et la 6G

Quelque 138.000 ménages en Belgique n'ont pas encore accès à l'Internet fixe rapide. ©ANP XTRA

Un budget de 58 millions a été débloqué pour les télécoms du futur. Au programme: la fin des zones blanches, mais aussi l'exploration du potentiel de la 5G et de la 6G.

"L’objectif 'Internet partout' doit être mis en œuvre, même dans les zones blanches, grâce au plan haut débit", a expliqué le Premier ministre Alexander De Croo après l’accord sur le conclave budgétaire. Un conclave lors duquel un budget de 58 millions d’euros a été débloqué pour les télécoms du futur. Ce budget qui s’inscrit dans le plan d’investissement XXL approuvé par la Vivaldi – un plan qui prévoit que 1 milliard d’euros d’investissements supplémentaires s’ajoutera aux projets fédéraux contenus dans le Plan de relance subsidié par l’Europe.

Le budget débloqué va permettre d'accorder des subventions aux opérateurs qui investissent dans les zones blanches.

Le nouveau projet, baptisé "telecom to the next level", est porté par la ministre des Télécommunications, Petra De Sutter (Groen). Tous les détails ne sont pas encore connus, parce que le projet doit encore faire l’objet d’une discussion lors d’une prochaine réunion du gouvernement. Mais on sait déjà qu’il comprend un volet destiné à en finir avec les zones blanches en matière d’Internet à haut débit. Des zones blanches qui sont désormais définies comme les zones où la vitesse de l’Internet est inférieure à 100 Mbps. Des subventions seront accordées aux opérateurs qui investissent dans ces zones, après une mise en concurrence permettant de sélectionner l’offre la plus avantageuse économiquement. Quelque 138.000 ménages n’ont pas encore accès à l’Internet fixe rapide en Belgique, et le développement du télétravail a rendu la question plus urgente encore.

Environnement sécurisé

Deuxième axe de ce projet: voir comment assurer un environnement télécom sécurisé avec un certain niveau d’autonomie en cas de crise, comme un problème d’approvisionnement du réseau électrique, mais aussi de cyberattaque.

Un autre volet prévoit de soutenir le développement de la 5G en finançant des projets pilotes qui doivent permettre de mettre en place des solutions innovantes dans  les compétences fédérales comme l’énergie, la sécurité ou la mobilité. Cela pourrait être, par exemple, la maintenance par drones de certaines installations énergétiques, ou l’inspection par des techniciens équipés de casques intelligents avec caméras. "Ces projets devront permettre le développement d’un savoir-faire technologique en Belgique pour des applications qui ont une utilité sociétale forte et une valeur ajoutée pour l’économie belge, et qui s’inscrivent dans une approche de durabilité" explique le cabinet De Sutter.

Enfin, un dernier volet prévoit de financer un projet de recherche sur les technologies du futur, notamment sur les possibilités que la 6G peut offrir à la Belgique, et de stimuler le savoir-faire technologique belge dans ce domaine.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés