À l'aube de 2015, l'embauche n'est pas au beau fixe

©PHOTOPQR/LA PROVENCE

Les PME sont moins optimistes qu’il y a trois mois concernant leurs intentions d’embauche. Sur les 896 entreprises interrogées, elles sont 25,8% à avoir l’intention de recruter durant le premier trimestre 2015, elles étaient 27,7% il y a trois mois.

En matière d'emploi dans nos PME, le pessimisme des dernières années semble bel et bien révolu, mais la percée annoncée lors du dernier trimestre ne s'est pas entièrement concrétisée.

Dans le cadre de la 18e enquête de SD Worx sur les intentions d’embauche des PME, un quart (25,8%) envisage de recruter de nouveaux collaborateurs dans le trimestre suivant, soit environ 2% de moins qu'au trimestre précédent.

• Plus d'optimisme dans les mois à venir

Les perspectives pour 2015 sont tout de même positives: 23,6% des PME pensent que le nombre de collaborateurs aura augmenté à la fin de 2015 (un léger recul par rapport au dernier trimestre). Elles sont 13,3% à craindre une diminution du nombre de leurs collaborateurs.

En juin 2013, on notait plus de PME pessimistes pour l'emploi que d'optimistes.

©Dieter Telemans

• La Wallonie et Bruxelles plus optimistes que la Flandre

Si le pronostic des PME flamandes est légèrement plus optimiste que l'année dernière, on remarque surtout une forte progression en Wallonie. Dans la moitié sud du pays, l'espoir de reprise économique après deux années très sombres est spectaculaire.

Seulement 8,9% des PME wallonnes envisageaient une augmentation de l'emploi en 2014, alors que ce chiffre est aujourd'hui de 25,2% pour 2015.

Avec une augmentation anticipée de 27,7% pour le premier trimestre 2015, Bruxelles est la région la plus optimiste, tandis que la Flandre ferme la marche avec 21,9% seulement.

• La prudence reste de mise

À la question de savoir s'ils attendront une augmentation dans la quantité du travail, les chefs d'entreprise répondent avec prudence. Un quart d'entre eux (25,5%) est optimiste, mais ils sont aussi 17,5% à penser que la quantité du travail diminuera. Ces chiffres sont très comparables à ceux du dernier trimestre, avec 25,4% d'optimistes et 14,8% de pessimistes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés