live

Alexander De Croo à la Chambre: "Le maître-mot est la confiance"

Le nouveau gouvernement est en place. Alexander De Croo et son équipe ont prêté serment devant le Roi. Le nouveau Premier ministre a ensuite dévoilé sa déclaration gouvernementale à la Chambre. Le vote de confiance aura lieu samedi après-midi.
  • Kristof Calvo (Groen) déçu de ne pas être ministre

    Le chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Kristof Calvo, s'est montré très déçu de ne pas avoir été choisi par son parti pour siéger dans le gouvernement De Croo. Figure de proue des Verts flamands sous la législature précédente, il était présenté comme l'un des favoris mais au terme d'une longue et difficile nuit de discussions, Groen lui a préféré Tinne Van der Straeten et Petra De Sutter.

    Le chef de groupe défendra l'accord de gouvernement avec force, a-t-il assuré, mais il va ensuite réfléchir à cette nuit au cours de laquelle ses ambitions ministérielles ont été réduites à néant. "On ne s'attend pas à être enfermé pendant six heures dans une discussion sur des ministres. Avec Petra De Sutter et Tinne Van der Straeten, nous mettons en avant deux personnes très fortes mais la potion est amère. Cela aurait pu être abordé autrement, y compris par notre présidente. Je vais bien y réfléchir", a dit M. Calvo sur la chaîne de télévision privée VTM. Le député n'a pas voulu s'avancer plus.

    "Si on veut faire de la politique, on doit faire cela d'une manière humaine et sérieuse. Je vais profiter du week-end pour bien réfléchir à une série de choses", a-t-il ajouté.

  • Le syndicat de médecins Absym espère un dialogue constructif avec Frank Vandenbroucke

    L'Association Belge des Syndicats Médicaux (Absym) s'attend à entamer un dialogue constructif avec le nouveau ministre de la Santé et des Affaires publiques, Frank Vandenbroucke. "Ministre des Affaires sociales aguerri au sein du gouvernement Verhofstadt de 1999 à 2003, Frank Vandenbroucke a toujours géré ses dossiers avec une grande connaissance de la matière. Au cours de son mandat ont surgi de nombreux conflits sans jamais l'empêcher de laisser la porte ouverte à la concertation et au dialogue avec les médecins", rappelle l'Absym qui espère une "même capacité d'écoute" aujourd'hui.

    L'Absym se réjouit de la norme de croissance légale de 2,5% prévue dans l'accord de coalition pour le domaine des soins de santé. L'Association insiste pour que cette norme de croissance soit répartie correctement, en considérant avant tout les besoins de la population. "Parallèlement, il est important que le nouveau gouvernement pose les bases pour faciliter la poursuite de l'innovation dans le domaine de la médecine", conclut l'Absym.

  • D'Hose et Daems concurrents à l'Open Vld pour la présidence du Sénat

    Deux noms circulaient jeudi à l'Open Vld pour remplacer Sabine Laruelle (MR) au perchoir du Sénat. Le poste pourrait revenir à la sénatrice issue du Parlement flamand Stephanie D'Hose ou au sénateur coopté Rik Daems. Le parti devrait se prononcer ce week-end.

    M. Daems, dernier de liste en mai 2019, n'avait pas été réélu. Les libéraux avaient toutefois coopté le ministre des Entreprises publiques de Verhofstadt I au Sénat. Il était prévu qu'il soit remplacé en 2022 par Veli Yüksel, ex-député passé du CD&V à l'Open Vld avant les élections. M. Daems est également président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE). 

  • Philippe Goffin (MR) redevient député-bourgmestre

    La première cheffe de la diplomatie de l'histoire de la Belgique, Sophie Wilmès, est entrée en fonction jeudi après-midi, quelques heures seulement après avoir cédé les clés du 16 rue de la Loi au nouveau Premier ministre Alexander De Croo. "Je suis très heureux de t'accueillir dans cette belle maison. J'ai aussi été très heureux de travailler à tes côtés", a affirmé le ministre sortant des Affaires étrangères, Philippe Goffin (MR), à l'adresse de l'ex-cheffe du gouvernement fédéral.

    Mme Wilmès, désormais vice-Première ministre MR au sein du gouvernement De Croo, a obtenu les portefeuilles des Affaires étrangères, mais aussi du Commerce extérieur et des Institutions culturelles fédérales. Elle occupait le "16" depuis le 27 octobre dernier, alors que M. Goffin n'est devenu ministre des Affaires étrangères - et de la Défense - que le 29 novembre pour une durée incertaine. "On avait au début imaginé une période très courte", a rappelé jeudi M. Goffin. "Cela a été une chance et un honneur de travailler à tes côtés", dans une période difficile marquée par la crise du coronavirus, a ajouté celui qui va redevenir député fédéral et bourgmestre en titre de la commune de Crisnée, en Hesbaye liégeoise.

    Mme Wilmès s'est pour sa part dit "très honorée" de succéder à M. Goffin, dont elle a salué l'"énorme détermination", la "correction à toute épreuve" et le côté "parfait gentleman". Elle lui a remis un maillot - humoristique - aux couleurs du Standard de Liège, dont il est grand supporter. M. Goffin a pour sa part offert à la nouvelle cheffe de la diplomatie un petit feu tricolore, référence au code de couleurs utilisé par les Affaires étrangères pour classer les pays et les régions en zones verte, orange ou rouge, selon leur dangerosité supposée en matière de contamination au Covid-19. 

  • La pension minimum de 1.580 euros brut équivaut à 1.450 euros net

    Le nouveau gouvernement fédéral veut augmenter progressivement la pension minimum vers 1.500 euros net pour une carrière complète. Le président du MR Georges-Louis Bouchez a néanmoins précisé que le montant minimal pour une pension sera revalorisé à hauteur de 1.580 brut au cours de cette législature. Selon la plus grande association de seniors de Belgique, Okra, cela représente une retraite à 1.450 euros net.

    Selon les calculs d'Okra, la pension minimum d'un retraité isolé passera à 1.450,34 euros après 45 ans de carrière, contre 1.291,69 euros aujourd'hui. L'organisation se dit satisfaite de cette augmentation mais aurait souhaité que le montant minimal atteigne le revenu minimum moyen garanti, soit 1.643 euros brut pour une personne seule à la retraite. 

  • De Roover (N-VA) qualifie la déclaration gouvernementale de "verbiage positif"

    Peter De Roover s'est dit "pas impressionné" par la déclaration gouvernementale prononcée jeudi après-midi par le Premier ministre Alexander De Croo. Le chef de groupe N-VA à la Chambre a qualifié sur la VRT ce discours de "verbiage positif", censé cacher de "nombreuses contradictions" au sein de la nouvelle équipe gouvernementale. Selon lui, cette déclaration n'a pas suscité beaucoup d'enthousiasme.

    Avec ses 24 sièges, le parti nationaliste flamand devient la première force d'opposition au gouvernement De Croo. Peter De Roover a salué certains points de l'accord de gouvernement rendu public mercredi, notamment l'ambition de relever le taux d'emploi à 80%. "Mais la question demeure : comment réalisez-vous cela ? Je ne lis que très peu de mesures d'activation dans l'accord." Selon le chef de groupe N-VA, l'accord contient des mesures "délibérément vagues" et manque de mesures concrètes. Selon lui, l'objectif du nouveau gouvernement est surtout "d'éliminer la N-VA" et de combler le fossé entre la Wallonie et la Flandre. "On peut mettre ça et là un peu de vernis, mais c'est une très fine couche", a-t-il lancé.

    A propos de la composition du gouvernement, M. de Roover dit attendre de voir à l'oeuvre les nouveaux venus. A propos du retour aux affaires de Frank Vandenbroucke, il se demande si "malgré ses connaissances techniques incontestables, on ne pourrait pas retirer un vieux cheval de l'écurie."  Enfin, "ce n'est pas la figure de Sammy Mahdi qui pose problème", a-t-il ajouté à propos de la nomination du CD&V comme secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration. "Mais le fait qu'il devra mener la politique d'Ecolo-Groen." Lors de la séance consacrée à la déclaration gouvernementale, la N-VA s'est montrée discrète et n'a pas pris la parole.

  • Le gouvernement demande la confiance de la Chambre

    Largement applaudi sur les bancs de la majorité, Alexander De Croo a demandé la confiance de la Chambre. Celle-ci doit se traduire par un vote dans 48 heures, soit samedi à 14h30. Le débat sur la déclaration gouvernementale débutera ce vendredi à 10h.

  • Que la politique rime avec éthique

    Le gouvernement s'est aussi engagé en faveur de la digitalisation, de la lutte contre les fake news, de l'abaissement de l'âge légal de vote à 16 ans pour les élections européennes ou encore d'une réforme du financement des partis. "Bref, nous lançons une trajectoire de réforme pour que politique rime davantage avec éthique dans notre pays, pour remettre le citoyen au coeur des préoccupations. Car l'immobilisme politique, le cynisme et l'intérêt personnel ont trop primé ces dernières années."

  • La création d'emplois, priorité absolue

    Alexander De Croo a également évoqué le développement économique. "Si vous voulez être social, vous devez d'abord créer de la richesse. C'est pourquoi la création d'emplois est une priorité absolue", a-t-il déclaré.

  • "L'accord le plus vert de l'histoire"

    Alexander De Croo a mis en avant les mesures sociales envisagées, dont une pension qui tendra "vers" les 1.500 euros ou encore le refinancement des soins de santé. "Cet accord est le plus vert de l'histoire", a-t-il ajouté. "Il ne faut pas opposer écologie et économie. L'une et l'autre doivent se renforcer." 

  • "Il nous faut rétablir la confiance"

    Le Premier ministre Alexander De Croo a insisté sur le fait de rétablir la confiance. Pas seulement au sens économique du terme, mais surtout au sens politique.

  • Jeu de chaises musicales dans les Parlements

    La formation d'un nouveau gouvernement entraîne traditionnellement un jeu de chaises musicales à la Chambre et dans les Parlements des entités fédérées. Certains suppléants de ministres sortants perdent leur siège, là où d'autres vont siéger en remplacement de ministres fraîchement nommés.

    • Au PS, Pierre-Yves Dermagne est devenu ministre fédéral et est remplacé au gouvernement wallon par Christophe Collignon. Le suppléant de ce dernier au Parlement wallon pour l'arrondissement de Huy-Waremme est le bourgmestre de Marchin, Eric Lomba. Ludivine Dedonder, devenue ministre de la Défense, sera également remplacée à la Chambre. L'échevine louviéroise Leslie Leoni devient dès lors députée fédérale.
    • Au MR, les ministres sortants Daniel Baquelaine, Philippe Goffin et Marie Christine Marghem reprennent leur siège de député au détriment de Mathieu Bihet, Magali Dock et Isabelle Galant. Benoît Friart cède en outre son siège à Denis Ducarme, a annoncé le président Patrick Dewael. Interrogé sur son retour possible à la présidence du groupe MR de la Chambre, M. Ducarme n'a pas souhaité faire de commentaire. 
    • Au CD&V, le nouveau vice-Premier ministre et ministre des Finances Vincent Van Peteghem sera remplacé au Parlement flamand par le Gantois Stijn De Roo. Le nouveau secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration était le suppléant de Koen Geens à la Chambre. L'ancien ministre de la Justice récupère son siège. Enfin, Nathalie Muylle n'étant plus ministre, Bercy Slegers ne siègera plus sur les bancs de la Chambre.
    • Du côté de l'Open Vld, Jasper Pillen, chef de cabinet du ministre de la Mobilité sortant François Bellot, reprendra le siège de Vincent Van Quickenborne, de retour au gouvernement fédéral. Maggie De Block n'étant plus ministre, Bram Delvaux doit céder son siège.
    • Au sp.a, la cheffe de groupe Meyrame Kitir vient d'être nommée ministre. L'élu qui la remplacera à ce poste n'est pas encore connu. Quant à son suppléant, il se nomme Bert Moyaers.
    • Chez Groen, la nouvelle vice-Première ministre Petra De Sutter cèdera son siège au Parlement européen à la Gantoise Sara Matthieu. Tinne Vander Straeten, tout comme la nouvelle ministre Ecolo Zakia Khattabi, ont été élues sur la liste bruxelloise commune Ecolo-Groen. Leurs suppléants sont Guillaume Defossé et Claire Hugon, permettant ainsi à Ecolo de reprendre un siège à Groen. En outre, Cécile Cornet a prêté serment en remplacement de Georges Gilkinet et Nicolas Parent en tant que suppléant de Sarah Schlitz.
  • La première séance à la Chambre s'est déroulée sans incident

    Le nouveau Premier ministre a prononcé sa déclaration gouvernementale ce jeudi 1er octobre comme la "Vivaldi" s'y était engagée. La séance a été délocalisée pour l'occasion au Parlement européen à Bruxelles afin de permettre aux 150 députés fédéraux d'être présents.

    Alexander De Croo a présenté les grandes lignes de l'accord de gouvernement conclu mercredi à l'aube entre les libéraux, les socialistes, les écologistes et les chrétiens-démocrates flamands du CD&V.

  • Le Premier ministre s'exprime à la Chambre

    Le nouveau Premier ministre a livré sa déclaration de gouvernement à la Chambre. Alexander De Croo a débuté son discours en évoquant la crise du coronavirus. Expliquant que la Belgique traverse une des grandes crises de son histoire. "Les gens connaissent des temps particulièrement difficiles parce qu'ils sont malades, parce qu'ils ont perdu un être cher ou parce qu'ils sont en première ligne."

    "Les dommages ne sont pas que d'ordre médical, ils sont aussi économiques. Bien plus que la grande dépression des années 1930 ou la crise financière de 2008. L'ampleur de cette crise est sans précédent. La menace d'une seconde vague et l'incertitude du vaccin laissent planer une menace sur le rétablissement. Tout doit être mis en oeuvre pour endiguer rapidement les résurgences. Notre pays ne peut pas se permettre un nouveau confinement généralisé", a expliqué Alexander De Croo. 

    Ce nouveau gouvernement entend se baser sur de nouvelles mesures pour la santé. "Nous ne pouvons vaincre le coronavirus si vous respectons tous un nombre de règles très simples. Surtout, se soucier des autres."

  • Alexander De Croo fait sa déclaration gouvernementale à la Chambre

    ©REUTERS

  • La Belgique tient son premier gouvernement fédéral paritaire

    L'avènement du gouvernement De Croo est aussi celui du premier exécutif paritaire en genre à ce niveau de pouvoir en Belgique, un élément largement souligné, ce jeudi, même si le noyau de cette équipe reste encore très majoritairement masculin. 

    Sur les 20 membres du gouvernement Vivaldi (socialistes, libéraux, écologistes et CD&V), dix sont des femmes

  • Khalid Zian remplacera Karine Lalieux à la présidence du CPAS

    L'actuel échevin du Logement de la Ville de Bruxelles Khalid Zian (PS) succédera à Karine Lalieux à la présidence du CPAS. Cette dernière a prêté serment comme ministre des Pensions, de l'Intégration sociale et de la Lutte contre la pauvreté dans le gouvernement De Croo. Par effet de cascade, Khalid Zian cède l'échevinat du Logement, du Patrimoine public et de l'Égalité des chances à la conseillère communale socialiste Lydia Mutyebele, a annoncé, ce jeudi, le cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS).

    Fort proche de Karine Lalieux depuis leurs débuts en politique à la Ville de Bruxelles, le bourgmestre Philippe Close s'est félicité de la représentation des intérêts socialistes au gouvernement fédéral par la nouvelle ministre des Pensions et de l'Intégration sociale. "Je suis fier d'elle et je ne doute pas qu'elle mettra tout en œuvre pour défendre les intérêts de tous nos concitoyens. Pour la remplacer dans ces fonctions, nous comptons sur Khalid Zian, camarade de la première heure. Je suis convaincu de ses capacités pour reprendre le flambeau à la tête du plus grand CPAS du pays", s'est réjoui le bourgmestre.

    Militant socialiste depuis 1988 et élu conseiller communal à la Ville de Bruxelles en 2012, Khalid Zian a été nommé échevin des Espaces verts, de l'Environnement, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Équipement communal en 2017. Depuis les élections de 2018, il est échevin du Logement, du Patrimoine public et de l'Égalité des chances à la Ville.

  • La pension minimale revalorisée à "1.580 euros brut" d'ici 2024, contredit Bouchez

    Le montant minimal pour une pension sera revalorisé à hauteur de 1.580 euros brut au cours de cette législature, a indiqué, ce jeudi, le président du MR, Georges-Louis Bouchez, contredisant les socialistes qui parlent, eux, d'un montant net. Interrogé jeudi sur la matinale de La Première (RTBF) et de Bel RTL, Bouchez a précisé que ce montant minimal de 1.580 euros bruts serait d'application pour les carrières complètes de 45 ans, et en vigueur à l'horizon de la fin de la présente législature, en 2024.

    Affirmer que le montant de la pension sera porté à 1.500 euros net est incorrect, a assuré le libéral. "Il suffit de lire les tableaux budgétaires de l'accord". Selon lui, porter la pension à 1.500 euros net aurait coûté, à lui seul, 3,6 milliards d'euros en dépenses nouvelles. Or, l'enveloppe prévue pour la Vivaldi pour l'ensemble de ses politiques nouvelles sera de 3,3 milliards d'euros. La revalorisation des pensions prévue dans l'accord de gouvernement absorbera seulement 760 millions d'euros, a-t-il précisé. Pour Georges-Louis Bouchez, la pension à 1.500 euros net mise en avant par certains n'est en réalité qu'un "objectif politique" affiché par certains partenaires de gouvernement, mais ne sera pas matérialisée par le nouveau gouvernement.

    Interrogé un peu plus tôt sur la Première également, Pierre-Yves Dermagne (PS) avait pourtant assuré que la pension minimale serait bien portée à 1.500 euros net. Paul Magnette, invité politique de Bel-RTL, a garanti, lui aussi, 1.500 euros net de pension minimale pour une carrière complète. Interrogé sur les affirmations divergentes de son homologue libéral, M. Magnette a qualifié la polémique de "questions de présentation". Selon lui, un retraité qui touche aujourd'hui 1.250 euros net de pension pour une carrière complète touchera bel et bien 1.500 euros net à la fin de la législature.

  • Alexander De Croo a reçu le badge du 16 rue de la Loi

    Le nouveau Premier ministre Alexander De Croo a reçu, ce jeudi midi, le badge du 16 rue de la Loi des mains de sa prédécesseure Sophie Wilmès."Merci pour tout ce que tu as fait. Tu as été une Première ministre qui a dû affronter une très grande crise. Merci pour tout ce travail et aussi pour ton sens de l'humour", a répondu Alexander De Croo, qui était vice-Premier sous le gouvernement Wilmès. "Dans les moments difficiles, tu as le don de faire rire." Preuve en est, Sophie Wilmès lui a offert un vinyle des Quatre saisons de Vivaldi, en référence au nom donné à cette nouvelle coalition, et un mug de café floqué du nombre 16 et du nombre 53, puisqu'Alexander De Croo devient ainsi le 53e Premier ministre de Belgique.

    "La formation de ce gouvernement va permettre de redonner du souffle. Tu seras un chef d'équipe qui fera très bien le job", lui a répondu Sophie Wilmès. À la sortie, elle a été chaleureusement applaudie par le personnel de la chancellerie. Un premier conseil des ministres d'installation suivra.

  • Denis Ducarme deviendrait finalement chef de groupe à la Chambre

    Valérie De Bue, un temps annoncée cheffe de groupe à la Fédération Wallonie-Bruxelles et remplacée en tant que ministre du gouvernement wallon par Denis Ducarme, resterait finalement en poste à Namur. L'ancien ministre de l'Agriculture et des Indépendants, lui, deviendrait chef de groupe MR à la Chambre, indique l'agence Belga. 

    À peine annoncé, le remplacement de Valérie De Bue par Denis Ducarme en tant que ministre régional du Tourisme, de la Fonction publique, du Patrimoine et de la Sécurité routière, a suscité un torrent de réactions en raison d'un décret spécial prévoyant, en Wallonie, une représentativité d'au moins un tiers de femmes - ou d'hommes - au sein de l'exécutif régional. Or, en remplaçant Valérie De Bue par Denis Ducarme, le compte n'y était plus, le gouvernement wallon n'étant plus constitué que de deux femmes - Céline Tellier (Ecolo) et Christie Morreale (PS) - sur huit ministres.

    "En cas de souci de représentativité, le décret spécial règle le problème en déclarant irrecevable la candidature" du ministre potentiel, a expliqué le greffier du Parlement wallon, gardien de la réglementation régionale, tandis que le cdH dénonçait "une décision du MR machiste et illégale par rapport au droit wallon". Finalement, Valérie De Bue devrait rester ministre régionale même si aucune confirmation officielle n'est encore tombée. Denis Ducarme, lui, deviendrait chef de groupe à la Chambre tandis que la députée wallonne Diana Nikolic serait désignée cheffe de groupe à la Fédération Wallonie-Bruxelles, un poste initialement dévolu à Valérie De Bue.

  • Problème avec la "nomination" de Denis Ducarme à la Région mais...

    Denis Ducarme quitte le gouvernement fédéral. On l'annonçait au gouvernement wallon, lâchant les Classes moyennes, les Indépendants, les PME, l'Agriculture et l'Intégration sociale pour endosser à la Région la responsabilité du Tourisme, de la Fonction publique, du Patrimoine et de la Sécurité routière. Par ce fait, il aurait évincé Valérie De Bue. Oui, mais... il y a un problème. Le décret wallon impose en effet un tiers de femmes dans l'exécutif. Or, là, le quota n'est plus atteint. Il ne reste plus que deux femmes sur huit membres du gouvernement...

    Sa nomination pouvait être irrecevable. "Le choix du MR est machiste et surtout illégal", a déjà pointé le chef de groupe du cdH au Parlement de Wallonie François Desquesnes. "Le 2 mai 2019, nous avons voté un décret spécial stipulant que le gouvernement doit être représenté par au moins un tiers d'hommes et de femmes. La décision de dégommer Valérie De Bue pour la remplacer par Denis Ducarme ne cadre pas avec le droit wallon", a-t-il ajouté.  

    Au final, Valérie De Bue, qui n'avait appris son éviction que juste avant l'annonce officielle, gardera ses attributions à la Région.  

    À Namur, les prestations de serment des nouveaux ministres doivent normalement avoir lieu vendredi matin devant le Parlement de Wallonie. Au Fédéral, David Clarinval, le remplaçant de Denis Ducarme, a prêté serment devant le Roi ce jeudi matin. 

    ©BELGA

  • Tous les ministres ont prêté serment

    La Belgique a un nouveau gouvernement en place, seize mois après les élections. Prochaine étape: la déclaration gouvernementale, attendue à 14h15.

  • Alexander De Croo prête serment

    Le nouveau Premier ministre a prêté serment dans les trois langues nationales, en néerlandais, en français, et en allemand. C'est au tour des vice-Premiers.

    ©EPA

  • La prestation de serment va commencer...

  • La FGTB, entre satisfaction et amertume

    Les sentiments de la FGTB sont partagés: le syndicat socialiste est à la fois satisfait de la vision et du traitement dont bénéficiera la sécurité sociale sous le prochain gouvernement, "une vraie rupture" par rapport aux cinq dernières années. Mais de l'amertume s'y mêle toutefois, notamment sur la question des pensions, que ce soit pour son montant, l'aspect des métiers pénibles ou pour l'âge auquel la prendre. 

  • Et donc, que devient Denis Ducarme?

    Denis Ducarme devient ministre de la Fonction publique, du Tourisme, du Patrimoine et de la Sécurité routière à la Région wallonne.

  • Le MR a choisi

    Outre Mathieu Michel, le frère de Charles Michel, qui devient secrétaire d'État (à l'agenda digital, au numérique, à la simplification administrative, à la protection de la vie privée et pour la Régie des Bâtiments), Sophie Wilmès devient ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce extérieur. David Clarinval sera ministre des PME, des Classes moyennes, des Indépendants, de l'Agriculture et des Affaires institutionnelles.

  • Mathieu Michel obtient un poste de secrétaire d'État

    Mathieu Michel devient secrétaire d'État à l'Agenda digital, au Numérique, à la Simplification administrative, à la Protection de la vie privée et pour la Régie des Bâtiments. Il est le second fils du ministre d'État Louis Michel, et donc frère de l'ancien Premier ministre Charles Michel. Depuis 2012, il est président du Collège provincial du Brabant wallon.

  • Christophe Collignon devient ministre wallon

    Christophe Collignon (PS), bourgmestre de Huy et député wallon, monte au gouvernement wallon. Il reprend le Logement et les Pouvoirs locaux pour remplacer Pierre-Yves Dermagne, promu ministre fédéral.

  • Un gouvernement "de centre tout court"

    La droite flamande siffle que ce gouvernement est de centre gauche. Mais ce n'est pas le cas, pour Georges-Louis Bouchez: "Ce gouvernement est de centre tout court, pas de centre gauche: quand on pérennise des mesures zéro cotisation sociale sur le 1er emploi, des mesures pour améliorer la vie des indépendants, des mesures de correction pour les pensions des indépendants, quand on engage 1.600 policiers et investit des millions dans la justice...", a souligné le patron du MR sur Bel RTL.

    "Ce gouvernement est de centre tout court, pas de centre gauche."
    Georges-Louis Bouchez
    Président du MR


  • Un impôt sur la fortune?

    Il n'y aura "pas de réforme fiscale", promet Paul Magnette, "mais des impôts nouveaux qui ne toucheront pas les travailleurs. On va taxer davantage les multinationales, les grands acteurs du net." Le socialiste parle aussi d'une "contribution des hauts patrons et des fortunes de plus d'1 million d'euros, hors immobilier, qui ira en soutien au budget des soins de santé.

    Un impôt sur la fortune, donc? Pas vraiment, à entendre Georges-Louis Bouchez, le président du MR, invité, lui aussi, sur Bel RTL. "Ce gouvernement a pris un engagement clair: pas d'impôts, pas de taxe nouvelle, pas d'augmentation sur les gens qui travaillent, épargnent et entreprennent. Dans cet accord, il y a une contribution sur les géants d'internet. Pas d'impôt sur le patrimoine et sur le revenu. Pour l'impôt sur les grandes fortunes, il faut lire l'accord. C'est une contribution spéciale dans le cadre de la pandémie. Il faut lire toute la phrase, mais je dis que ce ne sera pas une nouvelle taxe." Il promet que cette "contribution" ne touchera pas la classe moyenne.

  • "L'augmentation des pensions la plus importante jamais faite en Belgique"

    "La pension reste à 67 ans mais est augmentée de 20%", a expliqué Paul Magnette, le président du PS, sur Bel RTL. Rappelons que cette augmentation des pensions était le cheval de bataille des socialistes. "Entre le brut et le net, ce qui compte c'est le budget qu'on y met. Ça fera dans le portefeuille des Belges une différence majeure. C'est l'augmentation des pensions la plus importante jamais faite en Belgique. Deux tiers des dépenses nouvelles du gouvernement seront pour des dépenses sociales."

    Mais à qui profitera cette revalorisation? Consultez notre analyse Accord sur la pension minimum à 1.500 euros: pour qui?

  • "Il fallait un Flamand pour apaiser la Flandre" (Magnette)

    "Oui j'étais disponible pour être Premier ministre, a expliqué Paul Magnette sur Bel RTL. J'en ai discuté avec Alexander De Croo, mais il fallait, après 10 ans de Premier ministre francophone, un Flamand pour apaiser la Flandre."

  • Déjà un casse-tête pour Alexander De Croo

    Le nouveau Premier ministre va directement entrer dans le vif du sujet. Après avoir prêté serment et lu à la Chambre la déclaration gouvernementale, ce qui est prévu à 14h15 au Parlement européen, il devra rapidement rejoindre le bâtiment du Juste Lipse, au rond-point Schuman, où les Vingt-Sept se réunissent dès 15h pour un sommet européen. 

    Et vendredi, il se fera remplacer par le président du Conseil européen Charles Michel, ex-Premier ministre, afin de pouvoir participer aux débats parlementaires sur la déclaration gouvernementale.  

  • Voici le casting

    Le gouvernement compte 15 ministres, Premier compris, et 5 secrétaires d'État. Retrouvez tous les noms dans notre casting du gouvernement De Croo.

  • Bonjour à toutes et à tous!

    La journée de mercredi a été chargée avec le bouclage d'un accord et la répartition des ministères. Ce jeudi matin, celle-ci est presque bouclée. Seul le MR n'a pas encore communiqué officiellement les noms de ses représentants au gouvernement fédéral.

    À10h, la nouvelle équipe prêtera serment devant le Roi Philippe. À 14h15, le libéral flamand Alexander De Croo présentera la déclaration politique de son gouvernement devant les députés, réunis pour l'occasion au... Parlement européen, un hémicycle plus spacieux que la Chambre, de quoi permettre le respect des distances sanitaires.  

    Vous pourrez suivre toutes ces étapes en live avec nous. 

    Bonne journée!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés