Publicité
Publicité

Anvers tremble avant la manifestation de lundi

©Photo News

A l’approche de la manifestation prévue lundi à Anvers, le bourgmestre de la ville, Bart De Wever, aurait pris les mesures nécessaires pour protéger au mieux ses policiers. Une centaine d’agents supplémentaires devraient être mobilisés.

Le bourgmestre d'Anvers et président de la N-VA, Bart De Wever, a assuré que son administration sera mieux préparée que celle de Bruxelles lors de la manifestation nationale du 6 novembre, émaillée d'incidents causés principalement par des dockers anversois.

Deux journaux flamands avaient rapporté que la police d’Anvers se montrait très inquiète quant à l'attitude que pourraient avoir les dockers lors de la manifestation de lundi.

Publicité

Mardi, Bart De Wever, a rencontré son corps de police et les syndicats policiers, peut-on lire dans De Standaard. Toutes les mesures adéquates pour protéger les agents de police auraient été prises, selon Michel Goyvaerts, président provincial du syndicat policier NSPV.

Selon De Standaard, la police d’Anvers n’a pas voulu confirmer les chiffres quant au nombre de troupes supplémentaires mobilisées, mais affirme ne rien vouloir laisser au hasard. Selon des sources internes, l'un des syndicats craint des actes de violence de la part de certains de ses membres, qui ne seraient autre que des dockers.

Ces mêmes sources indiquent qu'elles ont entendu des échos sur le terrain faisant état d'un noyau dur qui veut revenir à des manifestations "à l'ancienne" afin d'être "enfin" entendu. Le nom de "Zwartberg", où deux personnes avaient perdu la vie en 1966 lors de violents manifestations contre la fermeture de mines, aurait même été cité.

Cette dernière information aurait poussé la police d’Anvers à demander des renforts à leurs collègues de Rotterdam.

Selon un rapport confidentiel interne de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles, les forces de l'ordre bruxelloises n'étaient prêtes sur aucun plan pour faire face le 6 novembre à la manifestation nationale qui a rassemblé plus de 100.000 personnes. Le rapport, dont le contenu est évoqué vendredi dans La Dernière Heure, dénonce notamment des préparatifs insuffisants pour cause de "routine". Le document, daté du 18 novembre, pointe des manquements stratégiques, tactiques et techniques, des failles dans la coordination, et l'insuffisance des moyens matériels de protection individuels et collectifs. Il en ressort également des manquements graves dans l'évacuation des blessés.

Le rapport met en outre fin à la polémique en révélant qu'à la manifestation, il avait été clairement déterminé que "le commandement opérationnel de la totalité du dispositif est assuré par le chef de corps de la police Bruxelles-Capitale-Ixelles", lequel "fait rapport au bourgmestre de Bruxelles".

 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.