edito

Attaquons sans plus tarder la réforme des pensions

Journaliste politique

Leur accord social en poche, patrons et syndicats doivent se saisir avec ambition d'autres dossiers chauds, dont la réforme des pensions.

Ça passe, par le chas de l'aiguille, mais ça passe… En validant tous trois le projet d'accord dégagé début juin par le Groupe des Dix, les syndicats permettent à la concertation sociale de préserver sa crédibilité.

C'était nécessaire, d'autant que le gouvernement compte (très) largement sur les partenaires sociaux pour avancer sur plusieurs dossiers-clés d'ici la fin de cette législature. Rappelons-le, l’accord de la Vivaldi les mentionne à 41 reprises !

À cet égard, le compromis social approuvé ce mardi est encourageant. Même minime et arraché dans la douleur, il constitue une première victoire à mettre au crédit des patrons et des syndicats. En fait, c'est un peu comme à l'Euro de football… Qu'importe la manière dont une équipe se qualifie au premier tour, personne ne la critiquera si elle atteint dans la foulée la finale et l’emporte.

Pour les partenaires sociaux, soulever le trophée s’annonce toutefois complexe tant leurs prochains adversaires sont redoutables. Parmi les premiers à se dresser en travers de leur route, il y aura la réforme des pensions, dont la ministre Karine Lalieux (PS) dévoilera la philosophie en septembre prochain.

Longtemps annoncée, jamais concrétisée, cette réforme est un peu l’arlésienne de la politique belge. Soyons clairs, les mesures prises ces dernières années, aussi ambitieuses soient-elles, restent sans commune mesure avec le défi qui se présente. Ce dont il s’agit : rien de moins que parvenir à assurer la pérennité financière d’un système devenu bancal.

Longtemps annoncée, jamais concrétisée, la réforme des pensions est un peu l’arlésienne de la politique belge.

Pour ce faire, il conviendra, entre autres, d’augmenter le taux d’emploi de la population belge. Les 80% souhaités par le gouvernement à l'horizon 2030 ne tomberont pas du ciel, ils impliqueront une kyrielle d’actions de nature à accroître la participation au marché du travail. Et là aussi, les partenaires sociaux auront un rôle central.

Comment favoriser l’orientation des travailleurs vers les secteurs en pénurie ? Comment maintenir plus longtemps les gens au travail ? Comment réintégrer les malades de longue durée sur le marché de l’emploi ? Voilà quelques exemples de questions récurrentes sur lesquelles ils devront se positionner sans délai.

La procrastination n’est plus une option. Alors que nous sortons de la plus grande crise économique d’après-guerre, une occasion unique de procéder à de vastes réformes se présente. S’ils parviennent à la saisir, les partenaires sociaux atteindront leur finale. Qu'ils les concrétisent et ils seront champions.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés