Publicité

Au chevet du travail pour atteindre 80% de taux d'emploi

Avec la conférence sur l'emploi, le ministre Pierre-Yves Dermagne (PS) entend lancer la discussion sur la réforme du marché du travail. ©SISKA VANDECASTEELE

La conférence sur l'emploi doit amorcer les travaux en vue d'une réforme du marché du travail. Sur base des échanges, le ministre Dermagne avancera son plan d'actions.

Atteindre un taux d'emploi de 80% d'ici à 2030, c'est devenu le slogan de la Vivaldi. Le décréter est une chose; entreprendre des actions concrètes pour y parvenir en est une autre. Avec sa première conférence sur l'emploi, le ministre Pierre-Yves Dermagne (PS) espère en tout cas identifier un maximum de propositions permettant de s'en approcher. Et il reste du chemin à parcourir, vu qu'on se situe actuellement à 71%...

71%
taux d'emploi
En Belgique, le taux d'emploi est actuellement de 71%. La Vivaldi rêve de le porter à 80% à l'horizon 2030.

Avant de passer à l'action, la Vivaldi va donc consulter. Dès ce mardi, partenaires sociaux, Régions et parties prenantes seront invités à échanger sur le thème des fins de carrière. Mais attention, pas question que cette conférence de deux jours ne soit qu'un "grand pow-wow", assure le ministre, qui promet, d'ici à la fin de l'année, un plan d'actions basé sur les échanges qui s'y tiendront.

Focus sur les travailleurs âgés

En mettant les travailleurs âgés au cœur de l'événement, le gouvernement s'attaque à un dossier sur lequel il dispose, théoriquement, d'une belle marge de progression. Comme le dit régulièrement le Conseil supérieur de l'emploi (CSE), l'amélioration du taux d'activité global passera inévitablement par un relèvement de ce taux dans la tranche des 55-64 ans. Et si la Belgique a fait d'énormes progrès en la matière, passant de 30% à peine au début des années 2000 à 55,6% en 2020, elle reste toujours en deçà de la moyenne de l'Union européenne, laquelle s'établit à 59,6%.

"Les plus de 55 ans restent aujourd’hui assez éloignés du marché du travail. C'est vraiment à ce niveau qu'on peut intervenir le plus rapidement et avoir un impact conséquent"
Pierre-Yves Dermagne
Ministre de l'Economie et du Travail

"Les plus de 55 ans restent encore assez éloignés du marché du travail. C'est vraiment à ce niveau qu'on peut intervenir le plus rapidement et avoir un impact conséquent", insiste Dermagne. Et de poursuivre: "Actuellement, il y a plus de malades de longue durée que de chômeurs en Belgique. Parmi ces malades, il y a beaucoup de travailleurs âgés avec des maladies psychosociales. Cela interroge vraiment sur le fonctionnement de notre marché du travail, la qualité des postes et le bien-être au travail."

Si les conditions de travail pendant la carrière occuperont donc une place de choix lors de la conférence, elles ne seront pas les seules. La thématique de la formation y sera, par exemple, aussi mise sous les projecteurs. Un bon choix selon le professeur d'économie Jean Hindriks (UCLouvain), lequel estime qu'on "perd chaque année des cohortes de travailleurs âgés largués face aux évolutions numériques".

En vrac, cette conférence devrait aussi être l'occasion d'aborder la réintégration des malades de longue durée, le temps partiel, la transition vers un régime de travail allégé ou encore le droit à la déconnexion.

Un menu "trop dense"pour les uns, "pas assez" pour les autres

Ce menu, certains le trouvent cependant bien trop dense. "Aboutir à des compromis sur un sujet ultra-sensible, comme les fins de carrière, en deux jours et en étant au centre de l'attention médiatique, je ne pense pas du tout que cela soit raisonnable", lâche un membre du banc patronal.

"On va surtout parler de ceux qui sont déjà au travail, alors qu'il y a énormément de choses à faire pour ceux qui ne s'y trouvent pas ou plus"
Pieter Timmermans
Administrateur délégué de la FEB

Pour Pieter Timmermans, l'administrateur délégué de la FEB, le scope de l'événement est par contre bien trop limité. "On va surtout parler de ceux qui sont déjà au travail, alors qu'il y a énormément de choses à faire pour ceux qui ne s'y trouvent pas ou plus. On a un 'mismatch' entre l'offre et la demande sur le marché de l'emploi, mais on ne l'abordera pas, ou pas assez", regrette-t-il.

Côté syndical, la secrétaire générale de la CSC, Marie-Hélène Ska, se veut plus positive, appelant surtout à voir cet événement comme la "première étape" d'un processus.

Le résumé

  • La première conférence sur l'emploi se penchera sur les fins de carrière.
  • Les échanges entre partenaires sociaux et parties prenantes devront permettre au ministre Dermagne d'élaborer des plans d'action en vue de réformes ou de nouvelles mesures.
  • L'objectif de la Vivaldi reste d'atteindre un taux d'emploi de 80% à l'horizon 2030.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés