Bernard Wesphael quitte le Mouvement de gauche

©BELGA

37 membres du Mouvement de Gauche démissionnent du parti, ainsi que Bernard Wesphael. Celui-ci comparaît à nouveau devant la chambre du conseil de Bruges ce vendredi, pour demander sa libération.

L'ancien député wallon et ex-président du Mouvement de gauche (MG) Bernard Wesphael, actuellement en détention préventive sous l'inculpation d'assassinat de son épouse, a démissionné de cette formation politique, a annoncé mercredi un cofondateur du MG, lui aussi démissionnaire.

Wesphael est accompagné de 37 autres membres démissionnaires, a indiqué dans un communiqué Saïd Cherrid, cofondateur du MG et secrétaire politique démissionnaire de l'arrondissement de Charleroi.

Quelques membres démissionnaires:

Bernard Wesphael, Fondateur et ancien Président du Mouvement de Gauche 

Said Cherrid, Cofondateur et Secrétaire Politique de l’arrondissement de Charleroi

Sonia Gybels, Membre au Comité Fédéral pour la section de Charleroi

Jean-Marc Deblander, Secrétaire Politique et Membre du Comité Fédéral de Charleroi

Laurence Meirens, Trésorière ad-interim de Charleroi

Gaetano Cardella, Trésorier de Charleroi

Sébastien Croquet, Secrétaire Politique de la section de Thuin

Éric Wilmot, Secrétaire Politique et membre du Comité Fédéral de la section de Namur

Raymond Otte, Trésorier de la section de Namur

Eric Renier, Représentant de l'arrondissement de Namur au Comité Fédéral

Damien Capart, Secrétaire Politique de l'arrondissement de Namur

"Nous avons décidé de quitter le parti car, en dépit de nos efforts, nous n'avons pas pu empêcher la dérive autoritaire dont le Mouvement de Gauche est victime depuis le dernier congrès statutaire, organisé en janvier, par la nouvelle direction qui a été installée depuis lors", justifie M. Cherrid.

Il constate que le manifeste et les principales idées à l'origine de la création du Mouvement de Gauche et de son membre fondateur Bernard Wesphael n'y sont plus présentes. "La démocratie participative et la citoyenneté qui en étaient les fondements mêmes sont bafouées".

"Enfin, nous désapprouvons la conduite de la campagne électorale menée par celle-ci, la mauvaise communication, trop axée sur l'attaque des autres forces de la gauche radicale, dont notamment le PTB-GO et VEGA, ainsi que le manque de coordination des différentes composantes du parti", ajoute Cherrid.

Fin décembre dernier déjà, une trentaine de membres et de responsables avaient décidé de quitter le MG.

Bernard Wesphael comparaîtra à nouveau devant la chambre du conseil de Bruges vendredi. Le Liégeois, suspecté d'avoir assassiné son épouse Véronique Pirotton dans une chambre d'hôtel à Ostende le 31 octobre dernier, clame son innocence et demandera sa libération.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés