Bouchez insiste: il veut réunir "l'Arizona" cette semaine

Georges-Louis Bouchez compte bien insister pour avoir une réunion plénière entre le MR, l'Open Vld, le CD&V, le cdH, la N-VA et le sp.a. ©Photo News

La coalition Arizona n'est ni morte ni née. Georges-Louis Bouchez espère toujours réunir les récalcitrants - cdH et sp.a - à cette formule de gouvernement autour d'une table avant la fin de la semaine.

Alors, se fera ou se fera pas? Le dernier épisode de la saga "À la recherche d'un vrai fedgov" s'intitule "Arizona" et personne n'a vraiment compris s'il était en plusieurs parties ou si l'on devait attendre une prochaine saison.

Georges-Louis Bouchez l'a rassuré ce matin: non, ce n'est pas fini. L'Arizona, cette proposition de coalition regroupant MR et cdH pour les francophones, Open Vld, N-VA, CD&V et sp.a du côté néerlandophone, est portée par trois présidents de partis: Georges-Louis Bouchez pour le MR, Joachim Coens pour le CD&V et Egbert Lachaert pour l'Open Vld. Lundi, l'épisode s'est terminé sur une note de suspense. Le s.pa et le cdH n'avaient pas souhaité assister à la réunion à laquelle ils étaient invités.

L'invitation est maintenue

Mais le président des libéraux francophones souhaite continuer dans la même veine. Il l'a expliqué ce mardi matin sur Bel RTL et sur LN24. Pour lui, ce n'est pas parce que certains boudent une réunion que tout est fini, d'autant qu'il ne voit guère d'alternative à la formule Arizona, les précédentes initiatives (axe PS-N-VA, Vivaldi et gouvernement minoritaire principalement) ayant déjà été balayées.

"Personne n’aura la coalition de ses rêves. "
Georges-Louis Bouchez
Président du MR

Le but reste donc bien d'organiser une réunion plénière, avec tous les partis invités, c'est-à-dire ceux qui "n'avaient pas publiquement émis d'exclusives" afin de lancer un processus de formation. Georges-Louis Bouchez voudrait "finaliser avant la fin de la semaine". Ce sera difficile, il le sait. "La route est droite mais la pente est raide. On continue d'avancer."

Il existe une note

Il signale que la porte n'est pas fermée aux socialistes. "Personne n’aura la coalition de ses rêves. On va essayer de faire un attelage qui peut fonctionner mais beaucoup de principes émis ne pourront pas être rencontrés", avertit encore le président du MR.

"Connor Rousseau n’en sait rien que ses garanties ne sont pas dans la note."
Georges-Louis Bouchez
Président du MR

Et il prévient: il n'y aura pas d'accord avant que ne commence la réunion. Réunion qui serait basée sur une note qui, oui, existe bel et bien: "Cette note existe, elle fait 25 pages et un résumé de deux pages est adressé au grand public. Mais pour en prendre connaissance, il faut participer à une réunion." Ce qui, assure-t-il, "n’engage à rien".

Et donc, il compte bien "insister" pour arriver à organiser cette fichue réunion entre tous les partis qui pourrait composer un gouvernement Arizona.

Pourquoi le cdH et le sp.a sont réticents

Rappelons les motifs de réticence des deux absents d'hier: au cdH, c'est le bureau qui a trouvé qu'il ne voyait pas assez clair pour s'asseoir autour de la table. Et l'absence du sp.a posait problème. Mais le président Maxime Prévot a annoncé qu'il rencontrerait "le trio présidentiel" ce mardi.

Le sp.a, lui, voudrait avoir des garanties sur ses exigences avant de discuter. "Connor Rousseau n’en sait rien que ses garanties ne sont pas dans la note", a glissé, sur Bel RTL, Georges-Louis Bouchez en guise de teasing.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés