Publicité

Bouchez refuse une réforme du régime fiscal du football pro

Georges-Louis Bouchez lors d'un match de solidarité organisé par le club amateur les Francs Borains dont il est le président. ©Photo News

Alors que Frank Vandenbroucke (Vooruit) et Vincent Van Peteghem (CD&V) peaufinent encore leur projet, le président du MR, Georges-Louis Bouchez, met son veto à une réforme du régime fiscal favorable du football professionnel.

Actuellement, un joueur de football professionnel paie moins de contributions sociales qu'une infirmière ou un ouvrier du bâtiment. Une aberration que la Vivaldi s'est engagé à modifier dans son accord de gouvernement.

200
millions d'euros
Grâce à des réductions d'impôts et à un plafond ONSS très favorable, ce sont quelque 200 millions d'euros qui sont dégagés tous les ans vers les clubs pro.

Les ministres des Affaires sociales Frank Vandenbroucke et des Finances Vincent Van Peteghem planchent actuellement sur un nouveau régime fiscal pour nos "stars" du ballon rond. Le jeu en vaut la chandelle: grâce à des réductions d'impôts et à un plafond ONSS très favorable, ce sont quelque 200 millions d'euros qui sont dégagés tous les ans vers les clubs pro, particulièrement les plus prestigieux.

Ceux-ci entendent conserver leurs privilèges, arguant qu'ils évoluent dans un environnement hautement concurrentiel, qu'ils doivent encore être capables d'attirer des joueurs d'exception et qu'ils peuvent ainsi financer la formation des jeunes talents. Sur ce dernier point, ils procèdent par une exonération du prélèvement à la source, mais les opposants au régime estiment qu'ils l'utilisent également pour payer encore plus grassement leurs plus gros salaires.

Le PS également opposé à la réforme

L'accord de coalition fédéral entend mettre fin à ce statut. Il y est indiqué qu'on tentera de trouver une plus grande équité fiscale avec des contributions plus en rapport avec les moyens financiers du sport. La traduction législative de ce principe n'est pas encore effectuée.

"Si les autorités touchent aux sous des clubs maintenant, nous allons juste les aider à passer l'arme à gauche."
Georges-Louis Bouchez
Président du MR

Selon plusieurs sources au sein de la majorité, Vincent Van Peteghem ne compte pas supprimer l'exonération du prélèvement à la source, car cela frapperait très durement les petits clubs de sports à moins gros budgets, comme le volleyball. Son intention serait de définir cet avantage de manière plus stricte, afin qu'il bénéficie effectivement aux jeunes. Frank Vandenbroucke et Vooruit souhaiteraient aller plus loin encore.

Les partis francophones ne l'entendent cependant pas de cette oreille. Georges-Louis Bouchez, président du MR ainsi que du club amateur des Francs Borains, a déjà signalé son refus. "Nos clubs ont subi des pertes de revenus importantes en raison de la pandémie. Beaucoup luttent pour leur survie. Si les autorités touchent à leurs sous maintenant, nous allons juste les aider à passer l'arme à gauche. On aura bientôt des stades vides dans tout le pays, comme dans ma commune de Mons."

Le principe est dans l'accord, mais il semble que le PS et son président Paul Magnette aient également changé d'avis, notamment en raison du lobbying de Mehdi Bayat, le CEO du Sporting de Charleroi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés