Bruxelles trop difficile à atteindre: malaise des entreprises

Pour 90% des navetteurs qui travaillent dans la Capitale, le temps de parcours de leur domicile à leur lieu de travail a augmenté de 25%. Des chiffres qui démontrent un sérieux handicap pour les entreprise basées à Bruxelles et dans la périphérie.

Selon une enquête menée par Agoria, la fédération de l’industrie technologique, la durée moyenne du trajet domicile-travail a augmenté de 25 % depuis 2012. C’est le cas pour 9 travailleurs sur 10 en poste à Bruxelles.

©BELGA

La plupart des entreprises technologiques bruxelloises (représentant plus de 31.000 emplois) sont situées dans la périphérie de la Région bruxelloise. Pratiquement aucune des entreprises interrogées n’a observé d’amélioration depuis la précédente enquête, en 2012.

  • Un obstacle au recrutement

Cette situation poserait de gros problèmes pour les entreprises en termes d’attractivité économique. Deux entreprises sur trois ont des difficultés à recruter ou à conserver du personnel, et 60 % d’entre elles pensent que ce problème peut inciter leurs travailleurs à quitter Bruxelles.

  • Entreprises trop isolées

Le constat n’est pas plus brillant du côté des transports en commun puisque la plupart des entreprises technologiques bruxelloises constatent que leurs zonings sont toujours aussi mal desservis par les transports en commun qu’en 2012.

©Photo News

"Seul un plan global et ambitieux alliant gestion intelligente du trafic et amélioration du réseau de transports en commun viendra à bout de ces difficultés", explique Floriane de Kerchove, directrice d’Agoria Bruxelles.

agoria

  • Succès ailleurs en Europe

Feux intelligents, création d’un laboratoire de la mobilité, planification de la politique de mobilité au niveau régional et métropolitain, coordination des informations sur le trafic, taxe kilométrique intelligente sont quelques-uns des éléments qui devraient faire partie d’un plan global et intelligent selon Agoria.

Ce genre de plan intégré a déjà été mis en place dans d’autres villes européennes, comme aux Pays-Bas, où l’ampleur des embouteillages a été divisée par deux en sept ans. Dans le même temps, Bruxelles a doublé ses problèmes d’embouteillages.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés