Budget: il manque 206 millions d'euros

Le gouvernement Di Rupo va encore devoir consentir à un effort budgétaire de 206 millions d'euros pour ramener le déficit budgétaire nominal à 2,5% du PIB cette année.

L'Etat fédéral va encore devoir trouver 206 millions d'euros cette année. C'est ce qui resort du rapport du Comité de monitoring qui a été remis ce vendredi au Ministre du Budget Olivier Chastel. Le texte rappelle notamment les engagements pris cet été à savoir ramener le déficit budgétaire nominal à 2,5% du PIB dès cette année.

"Un effort de 206 millions d’euros devra être consenti par l’entité I (le fédéral, ndlr) pour 2013 afin de maintenir notre objectif d’un déficit nominal de 2,5%" du PIB, note Chastel dans un communiqué publié ce vendredi après-midi.

Le ministre explique que "des groupes de travail vont dès à présent analyser ce rapport" et que le Kern pourra ensuite entamer "un troisième contrôle budgétaire". "Le gouvernement confirme la volonté de la Belgique de sortir de la procédure de déficit excessif pour 2013 par la prise de mesures structurelles à concurrence de 1% du PIB", peut-on encore lire dans le communiqué.

Lire également sur le même sujet notre interview d'Olivier Chastel: "200 millions pour la relance"

Pour 2014, le Comité de Monitoring prévoit qu’un "effort supplémentaire de 178 millions d’euros devra être consenti par l’entité I afin de maintenir son objectif d’un déficit nominal de -2,25%" (par rapport à un effort initial de 2,374 milliards d’euros). 

Agenda européen

La Commission européenne attend de la Belgique qu'elle lui livre l'ajustement 2013 pour le 21 septembre et l'objectif budgétaire 2014 pour le 15 octobre. Ensuite, le fédéral et les Régions se concerteront, avec les partenaires sociaux, en vue de la conclusion d'un pacte de compétitivité et pour l'emploi. Il faudra voir "quelle dynamique" adopter, a commenté le Premier ministre Elio Di Rupo à l'occasion de la première conférence de presse du gouvernement fédéral de la rentrée.

Di Rupo a précisé avoir déjà échangé à cet égard avec le ministre-président flamand, Kris Peeters, les deux hommes étant revenus ce vendredi de leurs missions respectives en Chine. Il y aura "d'abord la rigueur des budgets, puis nous examinerons quelle dynamique adopter pour la relance", a-t-il encore rappelé.

La Commission européenne avait accepté au début de l'année de donner un peu de mou à la Belgique (contre laquelle a été engagée une procédure en déficit excessif) sur son déficit nominal à condition qu'elle améliore son déficit structurel et qu'elle maintienne son taux d'endettement en-dessous des 100%. Or, au cours des derniers mois, le rapport de la dette au PIB a quelque peu repassé la barre fatidique. On s'attend dès lors à ce que le gouvernement fédéral se sépare de certains actifs d'ici la fin de l'année afin de rencontrer l'objectif européen.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés