Budget: un dérapage "temporaire"

Hevé Jamar: J'ai simplement constaté et je n'ai pas porté de jugement". ©BELGA

Le solde de financement de la Belgique s'est établi à 3,2% du PIB en 2014, suite à une détérioration du déficit des Régions. Selon le ministre fédéral du Budget, Hervé Jamar, ce dérapage est "temporaire", ce qui permettrait d'éviter une procédure en déficit excessif face à l'Europe. A noter que la Flandre fait mieux qu'escompté.

Le ministre fédéral du Budget, Hervé Jamar, s'est défendu de juger les entités fédérées à propos du respect de leurs objectifs budgétaires; il s'est borné à constater des faits, a-t-il expliqué en Commission du Budget de la Chambre.

"Je ne me suis jamais exprimé pour juger l'entité II (soit les Communautés, Régions et pouvoirs locaux). J'ai simplement constaté et je n'ai pas porté de jugement."

Hervé Jamar répondait à des questions de Jean-Marc Nollet (Ecolo), Eric Van Rompuy (CD&V) et Karin Temmerman (sp.a).

• Les chiffres: Le déficit budgétaire de l'année 2014 s'élèvera, selon les dernières estimations, à 12,97 milliards d'euros, soit 3,2% du PIB.
→ Ce faisant, les finances belges sont au-dessus du seuil européen de 3%.

Le problème? Les Régions? Les Communautés et Régions ont été montrées du doigt, la détérioration de leur solde budgétaire étant supposée être à l'origine de ces mauvais chiffres.

  • La Flandre a terminé 2014 avec un déficit budgétaire de 563,4 millions d'euros. Des estimations précédentes avaient fait état d'un déficit de 800 millions d'euros.
  • En Wallonie, le déficit pourrait avoisiner le milliard d'euros.
  • En Région bruxelloise, on a terminé l'année avec un boni.

Les Régions ont été montrées du doigt, et le ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS) et le ministre-président flamand, Geert Bourgeois (N-VA) ont fermement réagi, ainsi que le prédécesseur de Bourgeois, le vice-premier ministre Kris Peeters (CD&V) qui a parlé de "malhonnêteté intellectuelle".

Pour l'entité I, soit le pouvoir fédéral et la sécurité sociale, le déficit s'établit à 2,8%. Les estimations sont meilleures que prévu: l'amélioration s'établirait à 184 millions sur -10,81 milliards. Les recettes seraient meilleures que prévu à concurrence de 204 millions, les charges d'intérêt ont baissé de 19 millions d'euros alors que les dépenses primaires sont supérieures de 38 millions d'euros. Le solde de la sécurité sociale s'est amélioré de 70 millions d'euros.

Le déficit des entités fédérées représente 0,4% du PIB, soit 1,58 milliard d'euros et celui des pouvoirs locaux, 0,1%, soit 350 millions. En Commission du Budget de la Chambre, le ministre n'a pas communiqué de répartition entre les entités.

"Toutes les factures validées et préenregistrées sont liquidées", s'est félicité  Jamar, tout en reconnaissant une exception pour la justice. Le département souffre d'un arriéré endémique mais celui-ci à été ramené à de "plus justes conditions" grâce à la libération d'une somme de 73 millions fin 2014, a-t-il ajouté sans convaincre l'opposition.

 

• Quels risques de se retrouver entraîné dans une procédure européenne de déficit budgétaire excessif?

Ecolo a dit sa crainte d'un retour de la Belgique dans la procédure européenne de déficit budgétaire excessif. "Le couperet est tombé: c'est bien 3,2% et non 2,9%. La procédure de déficit excessif nous pend au nez", a lancé Jean-Marc Nollet.

Jamar ne s'est pas avancé. "On ne peut pas déterminer avec certitude quelles seront les conséquences pour notre pays. Par exemple, le retour de la Belgique dans une procédure de déficit excessif dépend d'autres éléments que seulement le déficit de plus de 3%, il y a aussi la situation budgétaire à long terme", a-t-il dit.

Le ministre ne s'attend pas à ce que les nouvelles estimations de 2014 mettent en danger les objectifs budgétaires de 2015. Le dérapage de l'année passée est qualifié de "temporaire", ce qui permettrait d'éviter une procédure en déficit excessif.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés