Charles Michel va lâcher la présidence du MR

Charles Michel, le 7 septembre, à Plopsacoo. ©BELGA

A l'occasion des Estivales du MR, on a appris que Charles Michel remettra son mandat de président dès que les négociations en Wallonie et à la Fédération auront abouti. C'est à dire dans quelques jours.

Les militants libéraux étaient réunis ce samedi dans le parc d'attractions de PlopsaCoo à l'occasion des Estivales du MR.

"Nous sommes près de quatre mois après les élections fédérales. Il n'y a pas de place pour l'immobilisme. Le temps est à l'action, à la décision et à la prise de responsabilités, et le plus vite possible", a lancé la Premier ministre démissionnaire. "On ne peut plus attendre", a-t-il ajouté, appelant "chacun à abandonner ses exclusives électorales". Mais on en a surtout appris plus sur les changements inhérents au parti, vu les départs d'envergure qui se profilent.

Je ne disparais pas. Je reste un homme politique libéral, réformateur, engagé, au milieu des militants.
Charles Michel
Premier ministre

Aux côtés du ministre-président sortant Willy Borsus, Charles Michel mène les négociations pour le MR au niveau de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Lorsqu'elles seront finies, il remettra son mandat de président au Bureau politique du parti afin qu'il définisse les modalités d'une élection interne, a-t-il annoncé.

Dans quelques jours... ou quelques heures

Or, ces accords devraient tomber rapidement, ce n'est qu'une question de quelques jours, les négociations avec le PS et Ecolo arrivent dans la phase finale. Charles Michel devrait donc se retirer de la présidence la semaine prochaine. Willy Borsus a parlé de "quelques jours, voire de quelques heures, j'espère". En coulisses, l'on évoquait la possibilité de prestations de serment devant le parlement wallon vendredi et donc la conclusion des accords en début de semaine prochaine.

Le Bureau politique du MR déterminera les modalités de l'élection d'un nouveau président. Le processus pourrait prendre de 6 à 8 semaines et s'achever dès lors dans le courant du mois de novembre. 

Et quid du fédéral? Il semble qu'il se mettrait en retrait pour laisser la place de première négociatrice à Sophie Wilmès. Celle-ci deviendrait en outre Première ministre provisoire quand Michel occupera effectivement son poste européen (le 1er décembre, il deviendra président du Conseil européen), s'il n'y a toujours pas de nouveau gouvernement à ce moment-là...

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect