Coalition Vivaldi: les négociations dans la dernière ligne droite

Alexander De Croo (Open Vld) et Paul Magnette (PS), les deux co-formateurs, doivent se rendre chez le Roi ce lundi soir. ©BELGA

Les sept partis qui négocient une future coalition "Vivaldi" continuent leurs débats ce lundi. Le rapport des co-formateurs au Roi serait attendu en soirée.

Les négociateurs des septs partis qui veulent former une coalition dite "Vivaldi" pour diriger la Belgique à l'échelon fédéral n'ont pas abouti dimanche soir. Les tractations autour du budget, dossier particulièrement sensible, sont difficiles.

Les pourparlers ont repris à 10h ce lundi matin.

L'objectif était d'arriver à un accord de gouvernement pour lundi, jour où les co-formateurs, Paul Magnette (PS) et Alexander De Croo (Open Vld), doivent se rendre chez le Roi pour lui remettre un rapport sur l'évolution des négociations. M. Magnette a indiqué à télévision flamande VTM que cette entrevue avec le souverain pourrait avoir lieu "lundi soir".

Le budget, dossier épineux

Les longues heures de débats se poursuivent encore au Palais d'Egmont, où se déroulent ces négociations. Après avoir parlé fiscalité dimanche, les négociateurs doivent encore s'accorder sur l'épineux dossier du budget, qui est susceptible de relancer le débat sur des mesures déjà discutées auparavant. Par exemple, au sujet de l'augmentation de la pension minimum souhaitée par certains partis, la question du financement de cette mesure devra encore être tranchée, tout comme la manière dont elle sera étalée dans le temps.

Pour Elio Di Rupo, il ne serait "pas illégitime" que le PS réclame le poste de Premier ministre.

Reste aussi la question du casting gouvernemental: il faudra respecter des équilibres politiques et s'accorder sur le nom du futur Premier ministre.

Dans une interview à RTL-Tvi, le ministre-président wallon Elio Di Rupo a déclaré qu'il ne serait "pas illégitime" que le PS demande à fournir le prochain locataire du 16, rue de la Loi, parce que la famille socialiste est celle qui compte le plus de sièges au Parlement fédéral.

Selon l'agence Belga, l'esprit restait constructif parmi les négociateurs. "Dernière ligne droite, ça avance", "le travail continue de façon acharnée", disait-on çà et là.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés