Comment concilier vie professionnelle et vie familiale?

Les entreprises perdent beaucoup de femmes entre 30 et 40 ans, qui ne trouvent pas le moyen de concilier leur vie personnelle avec leur boulot.

C’est un fait, la charge des tâches familiales est davantage assumée par les femmes que par les hommes. Cet aussi un des obstacles majeurs à l’ascension des femmes au top niveau de la carrière. "On perd énormément de femmes qui ont entre 30 et 40 ans", explique Monique Chalude, l’âge auquel beaucoup de couples fondent une famille. Un jour, la consultante et coach est appelée pour donner des conseils dans une entreprise. Elle constatait que "beaucoup de femmes partaient après 30 ans. Elles avaient déjà bénéficié d’une formation issue de quelques années d’expérience et, au moment où elles allaient être vraiment rentables, elles partaient". Monique intervient pour étudier la situation. "On m’a dit qu’il y avait un sujet qu’on ne voulait pas aborder: la famille et les enfants." Une situation aberrante, selon la consultante, la vie familiale étant au cœur des préoccupations des femmes à cet instant.

L’entreprise aurait une grande part de responsabilité: "Les organisations reposent sur une structure qui a été pensée par des hommes. Les femmes s’en fichent d’avoir une voiture. Ce qu’elles veulent, c’est pouvoir s’organiser!" La flexibilité du temps de travail serait une solution à préconiser pour les entreprises, tout comme les services qui permettent aux employés de travailler sereinement (conciergerie, crèche...). Aujourd’hui, certaines femmes optent pour un temps partiel, ce qui n’est pas sans conséquence sur leur carrière et sur leur pension…

Bien choisir son partenaire

Monique Chalude explique à ses interlocuteurs que le partage des tâches est primordial. Il y aurait, en réalité, trois carrières: celle que la femme mène, la carrière du partenaire et la carrière commune qui est le projet familial. La vie, tout comme le parcours professionnel, sont considérablement influencés par la personne avec qui on vit: "Si vous vivez avec quelqu’un de jaloux, de conflictuel, qui pique une crise à chaque fois que vous allez manger avec un collègue, vous n’allez pas tenir. Il faut donc bien choisir son partenaire!" Mary Pitsy est du même avis: "Une femme qui réussit, c’est aussi un homme qui réussit, et une famille."

Congé de maternité: garder contact avec l’entreprise

Conseil:

Pour éviter une réunion à 18h

L'attitude à adopter peut varier selon la culture d'entreprise. "Je vais voir ce que je peux faire pour être présente, je vous téléphone demain matin", constitue, pour Liesbeth Dillen, une réponse appropriée. "Vous vous achetez du temps pour prendre votre décision: y aller sans vous ronger, ou non." Même chose pour les voyages à l'étranger à très courte échéance. "Il faut toutefois savoir qu'au top niveau, c'est 'anytime, anywhere'", précise la coach.

Les entreprises n’aiment pas les congés de maternité. Olivier Rijckaert, avocat spécialisé en droit social chez Younity, gère énormément de cas de "discriminations indirectes, notamment des licenciements de travailleuses enceintes". Pour la carrière des femmes aussi, cette absence peut avoir un impact. Une des attitudes à adopter est notamment de garder contact avec l’organisation pendant l’absence. "Les femmes ne doivent pas être laissées en dehors de tout", explique Monique Chalude. L’idéal serait que les femmes puissent "bénéficier d’un accompagnement pour leur retour". Lors du congé de maternité, tout ne s’arrête pas: "Une femme qui veut faire carrière, elle ne met pas son travail entre parenthèses, elle reste attentive à ce qui se passe et à l’évolution de l’entreprise." Continuer à recevoir les mails ou encore proposer de se voir une fois par mois, pour rester au courant, sont des pistes à suivre. Des habitudes que Monique Chalude verrait bien formalisées par les entreprises: "Qu’elle soit invitée lors de formations… Ce sont des choses faciles à mettre en place et qui ont un impact."

Un projet à la fois

Pour la chasseuse de têtes Mary Pitsy, l’une des règles d’or est de ne pas mener plusieurs gros projets en même temps, au risque de ne pas réussir les deux: "Ne faites pas deux choses à la fois! Vous remarier, faire votre projet d’enfant et, en même temps, changer de poste, non. Attention à garder une certaine ‘zénitude’, à être suffisamment zen pour vos projets."

Le petit plus

Dossier spécial Femmes

A l'occasion de la journée de la femme, L'Echo vous propose un kit de survie en entreprise. Conseils, portraits, interviews, découvrez-le en cliquant ici.

Prendre un congé prolongé ou s’absenter pendant plusieurs années pour élever ses enfants ne veut pas dire qu’on ne veut pas revenir ultérieurement dans le milieu professionnel! Continuer à progresser est primordial si on veut reprendre sa carrière. C’est pour cela que Mary Pitsy conseille de "toujours garder un petit plus qui fait qu’à côté de votre rôle de mère, il y a autre chose". À l’occasion d’une étude sur la réinsertion professionnelle, Monique Chalude fait le même constat: "Quand ces femmes, pendant ce congé parental, avaient eu des activités de responsabilité, elles avaient acquis une maturité et des compétences. Si vous dirigez la bibliothèque de l’école, si vous êtes la présidente du comité et que régulièrement vous organisez des conférences, vous acquérez une compétence qui est tout à fait transférable dans le monde du travail."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés