mon argent

Comment diminuer les frais scolaires?

© Photo News ©Photo News

En primaire les frais scolaires sont en moyenne de 121 euros par an. Pour les secondaires, ces frais montent à 254 euros par an. La Ligue de famille explique qu'en groupant les achats, entre familles, on peut diminuer ces coûts.

La Ligue des Familles a enquêté sur les frais de scolarité. Bilan? En moyenne 121 euros en primaire, et 254 euros en secondaire. "Si on y ajoute les frais de cantine, de garderie ou encore des voyages, ces frais deviennent considérables", explique Patrick Binot, président de la Ligue des Familles, mardi lors d'une conférence de presse.

La Ligue des Familles constate que l'école n'est pas gratuite, et qu'aux coûts s'ajoute, cette année, une diminution de l'allocation de rentrée de près de 15%.

→ Pour les enfants de 0 à 5 ans, cette allocation s'élève à 22 euros alors que la liste du matériel représente à elle seule 41 euros en moyenne.
→ Pour les enfants de 12 à 17 ans, cette allocation s'élève à 70 euros "ce qui représente presque le montant maximum qui peut leur être demandé pour les photocopies, qui est de 75 euros", explique Michaël Verbauwhede qui s'est chargé de l'étude.

La Ligue des Familles pointe également certains frais qui sont interdits par décret. Dans le primaire, par exemple, les frais de photocopies sont interdits. "Il faut donc plus de transparence dans les frais demandés par les écoles."

Solution: Afin de réduire les coûts, la Ligue conseille aux parents de grouper les achats. L'étude a été menée auprès de 36 familles qui ont noté tous leurs frais durant un an.

A savoir

La ministre réagit

La ministre de l'Enseignement obligatoire, Marie-Martine Schyns, rappelle les initiatives prises sous cette législature pour encadrer les frais scolaires, en concertation avec la Ligue des familles.

Le 17 juillet, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé un décret qui rend plus transparents les frais scolaires et facilitera leur contrôle. A partir de la rentrée 2013, les écoles secondaires devront fournir un décompte périodique aux parents (au maximum tous les mois, mais tous les quatre mois au moins). Celui-ci devra détailler les montants réclamés, leurs objets et le caractère obligatoire ou non de ces dépenses. La réforme s'appliquera dans le fondamental à partir de 2015.

La prédécesseur de la ministre a en outre réglementé davantage les voyages scolaires. L'organisation d'un tel voyage implique la présence d'au minimum 90 % des élèves, afin d'éviter que ces déplacements soient réservés aux seuls privilégiés. Auparavant, ce quota devait être respecté à partir du 5e jour. Depuis peu, il devra être rempli dès le 1er jour, moyennant un assouplissement administratif pour les écoles.    

"Nous avons travaillé avec la Ligue des famille et certaines de ses demandes ont pu être rencontrées", a souligné le porte-parole de la ministre.
La ministre ne soutient en revanche pas l'idée de plafonds, telle que l'a défendue mardi matin la Ligue lors d'une conférence de presse. Une telle mesure comporte des efferts pervers, a-t-on fait remarquer au cabinet de Mme Schyns: les écoles qui n'atteignent pas le plafond seraient tentées de le faire et certaines initiatives porteuses de sens en matière pédagogique, parfois préparées pendant plusieurs années, comme des voyages dans des pays en développement, pourraient être mises à néant.    

Dans les rangs politiques, Ecolo a appelé la ministre "à faire preuve de volontarisme" pour combattre les abus et faire respecter la législation sur les frais scolaires.
"Il faudra poser d'autres pas: envisager d'introduire certains plafonds à respecter, mieux baliser les voyages scolaires (motivation pédagogique et taux de participation) et généraliser les bonnes pratiques testées avec succès dans les écoles qui ont pris à bras le corps l'enjeu de la gratuité", a souligné la députée Barbara Trachte dans un communiqué.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés